ENTRAÎNEUR PATRICK MERVEN : Jullidar redonne le sourire à Rehaze Hoolash

Sevré de victoire depuis le 6 juin 2015 avec Colour Courage, Rehaze Hoolash mangeait son pain noir. Mais samedi dernier, profitant de la suspension d’Imran Chisty pour bénéficier des montes chez l’entraîneur Patrick Merven, il a amené à bon port Jullidar.
Le coursier de Merven, régulier depuis le début de la saison, mais qui passa à côté de la plaque à sa dernière sortie alors qu’il était gros favori, était muni à nouveau de blinkers et a sorti une belle accélération en ligne droite finale pour ouvrir son compteur 2017. Tout comme pour Hoolash, qui retrouve le sourire et surtout le moral.
« Ce n’est pas facile de nos jours de trouver des montes, car la plupart des entraîneurs possèdent un jockey attitré. De ce fait, les jockeys mauriciens arrivent difficilement à monter en course et si c’est le cas, ce sont souvent des doublures. D’où le fait de ma non-réussite et le peu de montes que j’ai eues cette saison », explique Hoolash.
« Mais je n’ai jamais abdiqué et je ne me suis pas laissé aller au découragement. J’ai continué à parfaire ma condition physique pour garder stable mon poids de monte (53 kg). Tous les jours après le training matinal, je fais mon jogging sur la Montagne des Signaux et ensuite je vais en salle de sport pour des exercices de musculation. Dans l’après-midi, je m’adonne à des séances de natation. Je me réveille en jour de semaine à 4h et je suis un des premiers jockeys à être devant la porte du Mauritius Turf Club à 5h. Même si je ne suis pas attaché à un entraîneur, je me fais un devoir d’être présent tous les jours et dès qu’ils ont besoin de moi, je suis prêt à les aider. »
« Quand la semaine dernière Patrick Merven m’a sollicité pour suppléer Imran Chisty, j’étais très heureux et un peu triste à la fois, car selon moi, le meilleur cheval sur la carte, Avail, devait être piloté par Yashin Emamdee. Mais là aussi, je ne me suis pas laissé aller au découragement et j’ai bien étudié mes montes », ajoute-t-il. « Je ne connaissais pas Jullidar et c’est jeudi dernier que j’ai eu l’opportunité de le piloter. Après le training, quand j’ai vu Patrick Merven hocher la tête, je savais qu’il était confiant, car il connaît bien son cheval. J’ai suivi ses instructions à la lettre, à savoir de ne pas bounce le cheval même s’il se retrouvait à l’arrière. Je dois dire aussi un merci au propriétaire Denis Le Breton qui m’a beaucoup encouragé à bien faire, sans oublier le jockey Imran Chisty qui m’a lui donné des consignes. »
La suite, on la connaît. Hoolash a mené Jullidar à sa première victoire 2017 dans un joli style. Suivant en dernière position tout au long du parcours, son jockey a commencé à le solliciter à 800 mètres et a sorti la meilleure accélération pour prendre la mesure du favori Noordhoek Ice. « C’est un coursier très compliqué. Il a fallu que je lui donne quelques coups de cravache pour le réveiller et il a abordé le dernier virage dans de bonnes dispositions. Quand j’ai sorti la cravache de la main gauche, je l’ai vu hang in. J’ai dû alors changer la cravache de main et il s’est redressé. C’était un ouf de soulagement pour moi quand Jullidar a traversé la ligne d’arrivée en premier. »
« Cette victoire m’a fait beaucoup de bien, surtout moralement. J’espère qu’elle en appellera d’autres. Patrick Merven et Raj Ramdin me font déjà confiance, et j’espère que les autres vont suivre le pas. Je voudrais aussi dire un grand merci aux officiels du MTC pour leur soutien et souhaiter un prompt rétablissement à Stéphane de Chalain », souligne le jockey mauricien, qui compte désormais 31 victoires dans sa carrière.
Si Hoolash a brillé d’entrée lors de la 20e journée, en revanche, sur ses autres montes, il n’a pas connu la même réussite. « J’étais quelque peu déçu de la prestation de Down Under, que je pensais aurait bien fait. Je pense qu’il doit cacher un problème. Quant à Jungle Path, il est un bon cheval d’avenir, alors que Guity As Charged cherche toujours ses repères. »