Dans l’ombre du Curepipe Starlight ces deux dernières saisons, Azur SC est vite revenu au tout premier plan au niveau du volley-ball féminin. Quelle remontée vers les sommets ! Un championnat dominé de la tête et des épaules, avec à la clé aucun set concédé en neuf sorties, et une honorable troisième place lors de la Coupe des clubs champions de la zone 7 tenue à Madagascar le mois dernier. Avec une escouade compétitive et prometteuse, Azur SC, à qui la rédaction sportive du Mauricien a décerné la palme d’équipe de l’année 2015, peut aspirer à des lendemains encore meilleurs.
Contre vents et marées, Azur SC, équipe fondée en mai 2002, a toujours joué les premiers rôles. Ni la suspension de son entraîneur Guito Lepoigneur en 2006 ni le couperet imposé par l’Association mauricienne de volley-ball deux ans plus tard et encore moins le veto imposé par la zone 7 quant à sa participation à la Coupe des clubs champions en 2013 n’ont pu mettre un frein à ses ambitions et aspirations. Au bout du compte, ce troisième sacre national acquis après ceux de 2005 et 2012 se trouve être l’aboutissement d’un travail méthodique et d’une solidarité sans faille au sein du groupe.
« Cet aspect relationnel s’est révélé déterminant. Nous nous retrouvons comme au sein d’une famille et cela nous rend encore plus fort moralement », avance d’ailleurs Guito Lepoigneur, qui a repris les rênes de l’équipe en cours de saison. Une saison où cette équipe dirigée alors par le tandem Kevin Singapermal-Didier Madarbaccus avait déjà imposé son empreinte avec des succès lors du Charity Shield et de la Coupe de la République.
CCZ7 comme objectif
Pourtant, rien ne laissait présager un tel parcours sans faute dans ce championnat local. Le Goodlands Youngstars SC, avec ses joueuses de métier, s’annonçait comme un gros morceau, tout comme les Tranquebar Black Rangers. Mais voilà, le plus difficile était fait d’entrée avec ce succès en trois sets face à la formation de Goodlands. Dès lors, les victoires sur le même score devaient s’enchaîner.
« Il était hors de question de sous-estimer nos adversaires, qu’importe leur niveau. Il nous fallait tout simplement nous appliquer afin de ne concéder le moindre set », souligne le mentor de l’équipe. Mission accomplie avec brio par Nathalie Letendrie et ses coéquipières qui pouvaient alors se concentrer vers l’autre objectif de la saison, à savoir la Coupe des clubs champions de la zone 7.
Certes, cette échéance régionale constituait une tout autre paire de manches, malgré l’absence des équipes réunionnaises. Cela se vérifiait d’entrée avec cette défaite face à l’équipe championne de la Grande île, soit Stef’Auto. Dès lors, Azur SC n’avait pas droit à l’erreur face aux Seychelloises de Cascade s’il voulait accéder au carré d’as. Pari réussi au tie-break, mais la demi-finale ne s’annonçait guère de tout repos face à l’autre formation de l’archipel, à savoir Anse Royale. Malgré toute leur volonté, les Azuréennes tombaient les armes à la main, mais se rebiffaient lors du match de classement face aux Malgaches de l’AMVB pour se retrouver sur la troisième marche du podium.
Reste que Guito Lepoigneur demeure d’avis que son bloc aurait pu aspirer à mieux. « Nous n’avons pas été poussés dans nos derniers retranchements lors des rencontres du championnat local. Face à des adversaires plus coriaces à Madagascar, nous avons dû élever notre niveau de jeu. Toutefois, les quatre meilleures équipes du tournoi se tenaient de près ».
La palme de meilleure libero attribuée à Rachel Christine ne pouvait qu’ajouter au bonheur d’une équipe qui veut placer la barre à hauteur encore plus respectable la saison prochaine. Surtout avec le recrutement de la jeune et prometteuse Alexei Elmire, le retour à la compétition de la passeuse Caroline Lepoigneur et l’éventuelle venue d’Elizabeth Mohungoo qui avait agi comme guest-player lors de la CCCZ7.
Guito Lepoigneur a déjà précisé ses intentions. « Avec la reprise des séances d’entraînement à la mi-janvier, j’estime que nous serons encore meilleurs la saison prochaine. Nous mettrons tout en oeuvre afin de conserver notre titre et nous aurons une préparation plus adéquate afin de briller à la Coupe des clubs champions de la zone 7 ». D’autant que cette compétition se déroulera cette fois à Maurice.
Azur SC, fort du soutien d’un public tout acquis à sa cause, pourra-t-il briser ce maléfice qui accable les équipes mauriciennes depuis pratiquement vingt ans ? L’esprit de famille couplé à un certain potentiel et une réelle détermination seront autant d’atouts pour porter l’escouade encore un peu plus des étoiles.