Dominique Strauss-Kahn a refermé lundi à Washington quatre années américaines, « les plus intéressantes de sa carrière » en faisant acte de contrition devant les employés du FMI pour sa conduite au Sofitel de New York.
Dans une ambiance empreinte d’émotion, M. Strauss-Kahn a rencontré plusieurs centaines de personnes au siège du Fonds monétaire international pour leur dire « au revoir » en bonne et due forme et leur présenter ses excuses pour le tort que sa conduite a pu occasionner, ont indiqué des témoins à l’AFP.
M. Strauss-Kahn avait dû quitter le Fonds abruptement. Il avait écrit sa lettre de démission de la prison de Rikers Island, où il avait été incarcéré quelques jours après son arrestation, le 14 mai, sur la plainte d’une femme de chambre du Sofitel de New York, l’accusant de l’avoir violée.
Il n’a recouvré toute sa liberté que le 23 août lorsque la justice américaine a classé cette plainte.
Selon deux témoins, l’ancien ministre français a répété par trois fois: « Je suis venu ici pour m’excuser auprès de ceux qui ont été blessés par toute cette histoire […] c’était une erreur de ma part […] et je suis désolé des répercussions négatives que cela a eu pour cette institution ».*
M. Strauss-Kahn avait reconnu avoir eu une relation sexuelle avec la plaignante, Nafissatou Diallo, et ses avocats ont estimé à la suite du classement de l’affaire que leur client avait payé cher « une erreur passagère de jugement qui n’avait rien de criminel ».