Étienne Sinatambou: “L’Inde nous a donné un cadeau!”

Étienne Sinatambou, le porte-parole du gouvernement, a eu la tâche de défendre le dossier Metro Express et de faire taire les critiques qui fusent de toutes parts depuis l’octroi du contrat du projet au conglomérat Larsen & Toubro, dont le siège est basé à Mumbai, hier matin. Étienne Sinatambou a longuement abordé ce sujet pour plaider en faveur d’un projet qui, selon lui, sera dans l’intérêt des Mauriciens. Il a cependant omis de commenter un autre sujet d’actualité qui a fait grincer les dents, vendredi soir, notamment la hausse du prix des carburants. À la place, le porte-parole du gouvernement Lepep a, une fois de plus, tiré à boulets rouges sur le leader du MMM, Paul Bérenger.
“Nous devons dire un grand merci à l’Inde. L’Inde nous a donné un cadeau!”, a déclaré le ministre de la Sécurité sociale et porte-parole du gouvernement, Étienne Sinatambou, en défendant le dossier Metro Express face à la presse, hier matin. Selon ce dernier, avec un prêt de Rs 18.8 milliards, un moratoire de 7 ans pour le remboursement complet et 4 ans pour celui du taux d’intérêt, la Grande Péninsule a fait une faveur de taille à la République de Maurice. Accusant l’opposition de démagogie (ndlr: mot que le ministre prend la peine de définir chaque semaine avec le Petit Robert pour référence) en voulant démolir le projet dans l’opinion publique, Étienne Sinatambou a insisté sur la pertinence du Metro Express. Ce projet qui sera “le plus grand chantier du pays” facilitera, a-t-il dit, le quotidien des Mauriciens qui voyagent par le transport en commun. Malgré les critiques émises et “la campagne de désinformation”, le gouvernement, a-t-il rappelé, ne reculera pas.
Étienne Sinatambou, qui a été aussi ministre sous le régime travailliste, a expliqué que contrairement au projet présenté par l’ancien gouvernement, celui qui a été lancé par l’actuel sera moins coûteux. Soit trois fois moins que les 830 millions USD annoncés par le gouvernement de l’ex-PM, Navin Ramgoolam. Pour Étienne Sinatambou, le gouvernement travailliste aurait proposé un projet “metro mafia” à la population. D’ailleurs, c’est dans cette optique que le porte-parole du gouvernement Lepep a demandé au PTr et au MMM d’expliquer comment ils sont parvenus à la somme de 830 millions USD. Et c’est aussi avec assurance qu’Étienne Sinatambou a déclaré que le fonctionnement 24/7 du Metro Express n’avait jamais été à l’agenda du gouvernement travailliste. “Zot pretann ki zot metro ti pou sarie kargo. Ce qui est archi faux! Tout comme le projet aurait été sur pilotis partout à travers le pays.”
Étienne Sinatambou, qui a fait circuler un document, a également balayé d’un revers de la main la paternité du projet par Navin Ramgoolam. “Il est dit que ce projet a été pensé par l’ancien gouvernement à la suite d’une visite de Navin Ramgoolam à Singapour. C’est faux!”, a lancé Étienne Sinatambou. Épluchant le document, Étienne Sinatambou a expliqué qu’il était important de revoir la chronologie du projet pour comprendre que c’est sir Anerood Jugnauth qui a émis l’idée d’introduire le Metro Express pour la première fois en 1987. Depuis, des études de faisabilité ont suivi, jusqu’au moment où le projet fut abandonné au profit du Bus Rapid Transit en 2007 avant d’être relancé pour le coût faramineux de 830 millions USD. Étienne Sinatambou a rappelé que l’intervention de Pravind Jugnauth auprès de l’Inde, avant les élections de 2014, pour expliquer au gouvernement indien que Maurice, s’apprêtant à aller aux suffrages, ne pouvait s’engager dans un projet faramineux, a fini par payer.
Étienne Sinatambou a aussi mis en avant la qualité du modèle de trains, d’un fournisseur espagnol, qui opéreront à Maurice. S’agissant des inquiétudes émises pour la région de Quatre-Bornes, le porte-parole du gouvernement a expliqué qu’il n’a jamais été question de pilotis dans la ville et qu’aucun changement qui altérera la vie du centre-ville n’est à l’agenda. À une question de Week-End sur les réticences émanant des propriétaires de maisons concernés par la compulsory aquisition, Étienne Sinatambou a été catégorique: “L’intérêt national doit primer sur celui des particuliers.” Il a aussi fait ressortir que ceux qui ne sont pas d’accord avec le montant de leur compensation peuvent faire appel à des instances appropriées.
Commentant la polémique du shift system contesté par les médecins des hôpitaux, Étienne Sinatambou a expliqué que “cette mesure est en faveur de la population.” Rappelant que le shift system, préconisé par le Pay Research Bureau dans ses derniers rapports, a été agréé par les médecins. Cette mesure, a expliqué Étienne Sinatambou, a permis une économie de Rs 252 millions au gouvernement, permettant ainsi le recrutement de 357 médecins répartis dans des hôpitaux et centres de santé. Le ministre Sinatambou a fait un appel à la compréhension des médecins.
Avant de conclure l’exercice de communication du gouvernement, son porte-parole a demandé au leader du MMM, Paul Bérenger, de ne plus annoncer des élections générales prématurées. Seul le chef du gouvernement, Pravind Jugnauth, a la prérogative de déclarer la date des élections générales, a martelé Étienne Sinatambou.