ÉTUDE VOLCANIQUE : Expédition scientifique autour des îles des Mascareignes

Le navire océanographique allemand R/V Meteor effectuera une expédition scientifique dans la région des Mascareignes du 23 octobre au 5 décembre 2013 dans le cadre du projet franco-allemand Reunion Hotspot and Upper Mantle – Reunion’s Unterer Mantel (RHUM-RUM) 2012-2015. Ce projet consiste en l’étude du volcanisme qui est à l’origine de la formation des Traps du Deccan en Inde, de la partie sud du plateau des Mascareignes et des îles Maurice et La Réunion.
Le Dr Dass Bissessur, Associate Research Scientist au MOI et chercheur en géophysique marine qui travaille sur le projet, fera partie de cette expédition qui couvre la région des Mascareignes, autour des îles Maurice, Rodrigues et La Réunion. L’objectif premier de cette mission est la récupération des sismomètres de fond de mer (OBS-Ocean Bottom Seismometer) qui avaient été déployés en septembre et octobre 2012 par le navire français océanographique Marion Dufresne. De plus, cette mission permettra d’acquérir des données bathymétriques et magnétiques de la région.
Dans ce contexte, une rencontre entre les scientifiques du Mauritius Oceanography Institute (MOI) et les chercheurs étrangers est prévue à bord du navire de recherche le mardi 22 octobre 2013 à Port-Louis. Une présentation du projet RHUM-RUM ainsi que des discussions sur d’autres projets de recherche dans l’océan Indien seront à l’ordre du jour.
Cinquante-sept sismomètres de fond de mer avaient été déposés sur une superficie de 2 000 km2 autour des îles Mascareignes et sur les dorsales centrale et sud-ouest indiennes par le Marion Dufresne pour une durée d’une année, afin d’enregistrer la sismicité naturelle pour imager la structure du manteau sous La Réunion. Il s’agit maintenant de récupérer les données.
Les enregistrements par les 57 stations en fond de mer sont complétés par des stations terrestres déployées sur Madagascar, les Seychelles, Maurice, Rodrigues et les Iles Éparses ainsi que sur La Réunion. L’objectif de ce projet franco-allemand : imager la structure du manteau sous La Réunion depuis la croûte jusqu’au noyau, afin de déterminer la géométrie et l’origine du panache à l’origine du volcanisme qui a formé les îles Maurice et La Réunion, et ses possibles interactions avec la lithosphère.
Cette imagerie permettra d’étudier les relations de ce point chaud avec le super-panache sud africain, avec les points chauds voisins (Comores, Marion, Kerguelen, Amsterdam), et avec les dorsales centrales et sud-ouest indiennes. L’étude porte également sur la possible alimentation de la dorsale centrale indienne par le point chaud de La Réunion qui pourrait expliquer la présence et les caractéristiques de la ride de Rodrigues.
Le projet RHUM-RUM est mené par l’Institut du Physique du Globe de Paris, le département de géophysique de l’Université de Munich et le laboratoire Géosciences de l’Université de La Réunion avec la collaboration du MOI, de l’Université d’Antananarivo et de la SEYPEC (Seychelles Petroleum).
Selon ces chercheurs, ce projet est triplement ambitieux de par les objectifs scientifiques visés, par le nombre d’instruments déployés et par la taille du réseau qui a été envisagé. « Le projet repose sur une collaboration franco-allemande permettant de mettre en commun des expertises scientifiques complémentaires, des moyens techniques (stations de fond de mer, stations terrestres) et des moyens logistiques (navire océanographique), sans lesquels cette expérience ne serait pas réalisable », soutient le Dr Guilhem Barruol, chercheur à l’Institut de Physique du Globe de Paris.