Après les trois heures d’interrogatoire Under Warning d’hier matin du ministre des Affaires étrangères, Vishnu Lutchmeenaraidoo, dans le cadre de l’opération Goldfinger, le Commissioner of Police Office (CP’s Office) et l’Office of the Director of Public Prosecutions (DPP) sont en Stand-By. L’Independent Commission Against Corruption (ICAC) devra soumettre à ces deux instances constitutionnelles un rapport formel, résumant les témoignages à charge consignés, les documents récupérés sous les trois Judge’s Orders obtenus depuis la semaine du 14 mars de même que la version des faits du principal concerné, l’ancien ministre des Finances, Vishnu Lutchmeenaraidoo. Toutefois, à ce matin, les indications sont que les Police Headquarters des Casernes centrales n’avaient pas encore accusé réception de Dispatch officiel venant de l’ICAC. Des recoupements d’informations effectués par Le Mauricien auprès des sources concordantes indiquent qu’une fois le Formal Report avec des recommandations de l’ICAC au sujet des dessous de l’Euro-Loan Saga de 1,1 million d’euros atterrira sur le bureau du commissaire de police, Karl Mario Nobin, une copie sera transmise quasi automatiquement avec une Covering Letter à destination du bureau du DPP « for necessary action at your end ». Dans ce nouveau rapport, le seul élément à prendre en compte concerne la défense de l’ancien ministre des Finances enregistrée le mercredi 6 avril et hier car le premier rapport en date du 6 avait déjà délimité les pistes d’investigation et d’interrogatoire sans les explications du protagoniste. Contrairement aux précédents High Level Cases avec Pravind Jugnauth, inculpé provisoirement dans l’affaire MedPoint avec interruption de l’interrogatoire de l’ICAC peu avant 14 heures ou encore l’inculpation de l’ancienne ministre de la Santé, Maya Hanoomanjee, inculpée provisoirement dans cette même affaire MedPoint avant même qu’elle ne fût entendue Under Warning par l’ICAC, dans le cadre de l’enquête sur le prêt de 1,1 million d’euros à Vishnu Lutchmeenaraidoo, les donnes ont changé. Les directives du Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, au commissaire de police, révélées à l’Assemblée nationale, sont claires: « I asked him (the Commissioner of Police) to have the enquiry completed, not to take decision by him, but refer it to the DPP. Let the DPP decide whether there is a case and, if there is a case, under what section of the law and what offence. » Aucune indication quant à la durée de ce suspense, le ministre des Affaires étrangères déclarant à sa sortie du QG de l’ICAC: « Je laisse durer le suspense et je vais travailler maintenant.» Il devait participer ce matin aux délibérations du conseil des ministres, avec le ministre des Services financiers, Roshi Bhadain, présent au Cabinet Meeting. Le chef de la diplomatie, qui devra avoir à ses côtés le Dr Robert Fernando, prévoit d’animer « a Workshop of the Ministry of Foreign Affairs, Regional Integration and International Trade on its new Vision / Mission ». Cela se déroulera demain matin à l’hôtel Sofitel Imperial de Wolmar. Lundi matin, son programme de travail comprend un séminaire au Maritim Resort and Spa de Balaclava ayant pour thème WTO Agreement on Subsidies and Countervailing Measures. De son côté, l’ancien ministre de l’Environnement, déjà sous le coup d’une inculpation provisoire sous la clause 4 du Prevention of Corruption Act, soit « Solliciting Bribe », est attendu au QG de l’ICAC à partir de midi. Il a été convoqué en vue de compléter son interrogatoire, soit le troisième rendez-vous au Réduit Triangle depuis l’éclatement le 22 mars dernier de la « Bal Kouler Saga » contre l’octroi d’une EIA Licence pour le morcellement de Gros-Cailloux.