Arsenal a beaucoup souffert comme le montre cette photo où il aurait pu encaisser un troisième but

Cela devait être une formalité, ce fut bien plus compliqué: Arsenal s’est qualifié dans la douleur pour les huitièmes de finale de l’Europa League, malgré sa défaite contre Östersund (2-1), jeudi à Londres.

A quatre jours de la finale de la Coupe de la Ligue contre Manchester City, les « Gunners » sont apparus bien fragiles à l’Emirates Stadium, craquant deux fois en première période pour embrouiller une situation qui semblait pourtant limpide à l’issue de la victoire du match aller (3-0).

Arsène Wenger avait pourtant décidé d’aligner une équipe relativement compétitive, malgré les absences de Pierre-Emerick Aubameyang (pas qualifié), Mesut Özil (malade) et Alexandre Lacazette (blessé). Le manager français avait titularisé Danny Welbeck en pointe, avec Alex Iwobi et Henrik Mkhitaryan sur les ailes, Jack Wilshere étant meneur de jeu dans l’axe.

Sans grande imagination à l’image d’un Mkhitaryan en grande difficulté, l’attaque n’a pas donné grand-chose. Mais la défense centrale Holding-Chambers a été encore pire… catastrophique.

Naples éliminé, Dortmund difficile

Naples, leader du championnat italien, est éliminé dès les 16es de finale de l’Europa League malgré sa victoire à Leipzig (2-0) jeudi, tandis que Dortmund a frôlé la correctionnelle à Bergame contre l’Atalanta dans l’autre duel germano-italien (1-1).

La marche était trop haute pour les Napolitains, défaits chez eux par le RB 3-1 la semaine dernière. Malgré un but précoce de Piotr Zielinski (33e), puis un dernier espoir donné en fin de rencontre par Lorenzo Insigne (86e), les Allemands ont tenu le choc.

Leurs compatriotes de Dortmund se sont aussi fait peur, en étant menés tout le match à Bergame. Vainqueurs chez eux 3-2 à l’aller, les partenaires de Michy Batshuayi ont frôlé l’élimination mais l’égalisation de Marcel Schmelzer, bien aidé par le pauvre gardien Etrit Berisha, a sauvé les Allemands (83e).

Pour l’Atlético Madrid, il suffisait de terminer le travail après la victoire au Danemark à l’aller (3-1). Et c’est encore Kevin Gameiro qui s’en est chargé (1-0), l’attaquant français marquant son 3e but en trois matches.

Après avoir gagné 3-0 à l’aller en Suède, les joueurs d’Arsenal aussi devaient finir le travail contre Östersund. Eh bien, ils se sont fait peur! Menés 2-0 à la mi-temps, les hommes d’Arsène Wenger ont marqué et évité une fin de match à suspense (1-2).

Du côté des autres favoris, l’AC Milan a souri contre Ludogorets (1-0, aller: 3-0) et la Lazio a renversé la situation chez elle en pulvérisant le Steaua Bucarest (5-1, 0-1 à l’aller) grâce aux 29e, 30e et 31e buts de Ciro Immobile cette saison, toutes compétitions confondues.

De son côté, Nice n’a pas su dompter le Lokomotiv Moscou, vainqueur 1-0 dans un froid polaire après avoir déjà gagné 3-2 à l’aller, tandis que Lyon a bonifié l’avantage du match aller contre Villarreal (3-1 en France) en allant gagner 1-0 en Espagne. Malgré une victoire (1-0) chez lui, Braga n’a pas su renverser Marseille qui avait gagné 3-0 en France.

Dès mercredi, le CSKA Moscou avait validé sa qualification en dominant l’Etoile rouge de Belgrade (1-0, 0-0 à l’aller).

Le tirage au sort des huitièmes de finale aura lieu vendredi.

ama/dlo

© Agence France-Presse

Ajouter au panier Imprimer Télécharger Partager ce document