Photo illustration

Avec la Chambre des Communes appelée le mardi 11 à sceller le Brexit, soit le divorce entre Londres et Bruxelles, Port-Louis a obtenu des assurances que ses exportations sur le marché britannique continueront à se faire sur la base de Duty et Quota Free.

C’est ce qu’indiquent des milieux autorisés à l’Hôtel du gouvernement. Cette garantie découle d’une analyse des dispositions du Withdrawal Agreement, qui devra être avalisé par les parlementaires britanniques le mardi 11.

Avec le départ de la Grande-Bretagne de l’Union européenne en mars de l’année prochaine, le Brexit prévoit une période de transition allant jusqu’à décembre 2020. Au cours de cette période, les deux parties seront engagées dans des négociations pour un nouvel accord commercial. Cette période de transition pourrait être prolongée jusqu’à deux ans, soit mars 2021, avec la décision intervenant d’un commun accord avant le 1 er juillet 2020.

Jusqu’à l’entrée en vigueur du New Trade Deal, la Grande-Bretagne continuera à opérer sous l’EU Customs Tariff avec les mêmes règles d’origine applicables pour les pays tiers de même que le maintien des préférences que pratique l’Union européenne envers des pays sous des régimes préférentiels. A l’Hôtel du gouvernement, l’on s’appesantit sur le fait que “Mauritius will therefore continue to trade on the same terms and conditions with the UK as under the Interim Economic Partnership Agreement (IEPA) until December 2020. “ Au-delà de décembre 2020, entrera en vigueur l’UK-Eastern and Southern Africa (ESA), qui a déjà été négocié et préservant du même coup l’accès préférentiel des produits mauriciens sur le marché britannique.

De ce fait, avec la transposition de l’Interim Economic Partnership Agreement en un accord entre la Grande-Bretagne et l’Eastern and Southern Africa, Maurice continuera à bénéficier des facilités Duty Free et Quota Free pour ses exportations.