FABRICATION DE SAVON : L’art de la douce mousse

Des formes plus qu’originales, des couleurs à n’en plus finir, des senteurs inattendues… Sur les rayons d’In’Fusion Vintage Soaps à Cap Malheureux, le savon traditionnel prend un tout autre cachet. D’un simple mélange d’eau, de soude caustique, de fibre de soie et d’huile essentielle, Nathalie Marot et sa fille Sarah Hoffman proposent un art qui demande à être connu, grâce à leur créativité et à leur passion.
La vue. Le toucher. L’odorat aussi. Tout est réuni dans le petit atelier à Cap Malheureux. Près d’une cinquantaine de références de savons de toutes les formes et couleurs sont nées entre les doigts de Nathalie Marot et de Sarah Hoffmann. Créée il y a cinq ans par Nathalie Marot, la petite savonnerie artisanale s’est fait un nom et ne cesse de forger sa réputation auprès de sa clientèle mauricienne et même à l’étranger.
 
Réussite.
Une belle histoire de réussite qui commence par un pur hasard. Nathalie Marot est une femme qui prend soin d’elle. Elle ne lésine pas sur les moyens pour trouver les produits de qualité. Accro depuis toujours de produits d’hygiène et de cosmétiques, “j’ai décidé un jour de créer moi-même certains de mes produits naturels”. Puis, un jour, elle découvre qu’on peut confectionner ses propres savons et se lance sans hésitation.
La passion prend vite le dessus. Elle fabrique d’abord des savons pour ses propres besoins, et commence par la suite à les offrir à sa famille et ses amis. Encouragée, elle décide alors de donner un sens à ses savons naturels et met sur pied In’Fusion Vintage Soaps.

Imagination.
Un choix qu’elle ne regrette pas. Nathalie Marot sera récompensée par un EMMA de l’Entrepreneuriat pour la puissance de son imagination et son habilité à donner forme, couleur et parfum à ses créations.
Aujourd’hui, In’Fusion Vintage Soaps est dirigée par Sarah, mais maman n’est jamais bien loin. Échangeant un regard complice avec sa fille et dans un grand éclat de rire, Nathalie nous confie : “Je travaille aujourd’hui pour ma fille. C’est la directrice. Et c’est marrant. Je voulais que ma fille gagne bien sa vie. Je lui laisse les rênes car sa fraîcheur et sa jeunesse sauront faire grandir le business. Mais je n’abandonne pas pour autant le savon. Je continue à créer. D’ailleurs, Sarah doit souvent me rappeler à l’ordre car je n’arrive pas à lâcher prise. Je vis, je dors et je respire savon.”

Marché florissant.
Chez In’Fusion Vintage Soaps, du design jusqu’à l’emballage, tout est fabriqué sur place. Pour Sarah Hoffman, “rien ne va changer. Maman a su mettre en place la bonne recette. J’apporte juste de nouvelles idées car le travail artisanal du savon est un marché florissant. Il faut savoir scruter le marché, les nouvelles tendances et toujours satisfaire la clientèle”.
Côté produits, le duo fille/mère tient le même discours : tout doit être 100% naturel. On y retrouve donc de la boue de mer morte, du miel, de la cire d’abeille, du lait, de l’argile, des huiles essentielles, diverses épices, des huiles végétales (palme, coco, olive, neem…)

Qualité.
Difficile de croire que ces cupcakes, galets, cœurs, cubes ou autres citrons et oranges qui embaument (et dans lesquels on a bien envie de croquer !) ne doivent leur magie qu’à un mélange simple. “La qualité de nos savons est primordiale dans notre fabrication. Rien que de l’eau, de la soude caustique, de la fibre de soie et des huiles nobles. À partir de là, tout est possible; l’éventail est infini. Des pièces marbrées, unies. Plusieurs formes et gammes sont proposées. Des senteurs diverses, inimaginables et même exotiques”, souligne Sarah, diplômée en design.
Au final, à chaque goût sa bulle de savon, qu’elle soit onctueuse ou fine. La mousse du savon traditionnel n’a pas fini de nous livrer ses bienfaits…

Commentaires

la Baguette Magique n est pas pour tout le monde, my dear.