Sans aucun doute la visite de 48h du président du Comité International Olympique (CIO) à Maurice reste un fait marquant pour l’année 2015. En effet, l’Allemand Thomas Bach est en fait le 2e président — après Juan Antonio Samaranch il y a plusieurs décennies—à visiter Maurice. C’est dans le cadre de l’Assemblée Générale annuelle de l’Association des Comités Nationaux Olympiques d’Afrique (ACNOA) que Thomas Bach et sa suite ont effectué une visite de 48 heures dans l’île. Certes, la tradition veut que le président du CIO vient délivrer un message lorsque les CNO de chaque continent se rencontre, mais sa visite à Maurice se voulait aussi être un signe d’amitié que l’Allemand porte pour le président du Comité Olympique Mauricien, Philippe Hao Thyn Voon.
Cette visite certes éclair, mais qui a toutefois permis à Maurice de se placer sur la carte mondiale du sports. Lors d’un point de presse, tenu quelques heures avant son départ, Thomas Bach devait même saluer l’initiative du CNO de Maurice, un pays qu’il découvrait pour la première fois, d’avoir organiser cette assemblée. Dans un entretien qu’il avait accordé à Week-End, le président du CNO, dont la visite à Maurice coïncidait avec l’éclatement du scandale de dopage au sein de l’IAAF, n’avait pas hésité à soutenir qu’il fallait être sans pitié contre les tricheurs. Il avait entre autre répondu ceci à une de nos questions sur le dopage: «Ce n’est pas le changement d’un président (ndlr: élection de Sebastian Coe à la tête de l’IAAF) qui est important, mais c’est la forme des structures d’une fédération qui est importante. Comme la lutte contre le dopage chez les sportifs, le combat doit être permanent. Je suis d’avis qu’il faut être sans pitié contre les tricheurs et je crois que le nouveau président de l’IAAF, Sebastien Coe dispose des moyens pour y arriver.»
Le président du CIO s’est même prononcé sur les attentats terroristes qui ont frappé l’Europe durant la fin de 2015. Sur ce point, le président du CIO a estimé que le terrorisme ne mettra jamais en danger la pratique du sport dans le monde «…le monde dans lequel nous vivons est avant tout un monde civilisé. Le sport a toujours transcendé toutes les barrières, quelles soient au niveau des langues, des cultures et des civilisations. Donc, je reste confiant que le monde sportif sera élevé plus haut que ces actes de terrorisme.»
Tenue les 24 et le 25 novembre dernier au Hilton Hôtel, l’Assemblée Générale de l’ACNOA a été un moment important dans la vie sportive de 2015 à Maurice. Cette réunion qui se tenait  une année avant les Jeux Olympiques de Rio au Brésil. C’était aussi l’occasion pour le président du COM de lancer l’idée d’une Afrique unie face à ses divergences et avait parlé d’un Africaphonie. «Je suis extrêmement heureux qu’à l’occasion de ces retrouvailles, notre pays constitue le point de ralliement des instances de l’olympisme africain, et du monde entier car le gouvernement et tout le peuple mauricien dans son ensemble adhèrent entièrement aux valeurs de l’olympisme», avait insisté Philippe Hao Thyn Voon
Celui-ci devait par la suite avancer que «Nous vivons dans un pays pluri – culturel car nos ancêtres étaient tous des immigrants. Cela n’a jamais été une barrière de vivre en harmonie et dans le respect de tout un chacun. vNous savons tous ; que nos langues officielles sont principalement celles que nous avons héritées de l’ère coloniale. C’est ainsi que nos membres de l’ACNOA sont repartis en francophonie, Anglophonie, Arabophonie et  Lusophonie. Chers Amis de l’ACNOA, à  partir d’aujourd’hui, soyons tous Africaphonie. Nos sociétés sont nourries aux sources de la recherche de l’excellence, de l’amitié et du respect et ont toujours gagné le pari de la paix universellement partagée parce que cette paix est toujours présente en nous.»
Cette réunion de l’ACNOA à Maurice avait permis de débloquer les fonds additionnels pour aider à la préparation des athlètes capables de gagner leur billet pour les JO.