Photo illustration
  • Il nie les accusations portées contre lui en soutenant n’avoir rien à se reprocher

Le sergent Soumber du Passport and Immigration Office (PIO) s’est rendu de son propre gré dans les locaux du Central CID ce matin pour un interrogatoire « under warning » à la suite des allégations selon lesquelles il aurait utilisé sa position pour rechercher des faveurs sexuelles auprès de certaines ressortissantes étrangères qui voulaient obtenir un permis de résidence à Maurice.

Le policier a fait l’objet d’allégations par le biais d’une lettre anonyme qui a atterri au Police Headquarters, avec, entre autres, des captures d’écran des messages et photos jugés indécents échangés entre lui et au moins deux femmes étrangères.

Ce dossier a été envoyé la semaine dernière à l’équipe de l’ACP Devanand Reekoye pour enquête. Entretemps, une copie de cette correspondance a même été transmise à l’ICAC.

Une source au CCID avance que la lettre fait état d’un possible délit de sextorsion, avec des demandes inappropriées du policier qui aurait exigé aux demandeuses du « residence permit » de lui envoyer des photos d’elles nues pour accélérer les procédures. Au moins deux d’entre elles ont accepté sa « demande ».

Au CCID, les enquêteurs comptent vérifier le cellulaire du sergent Soumber pour confirmer s’il a échangé des messages compromettants avec les victimes. Cependant, ses collègues n’écartent pas le fait qu’il aurait pu effacer les photos sur son appareil.

Dans ce cas, le CCID compte se tourner vers les victimes pour vérifier leur téléphone portable. Par ailleurs, la police souhaite aussi procéder à la vérification des caméras au bureau du PIO pour confirmer si les présumées victimes mentionnées dans la lettre étaient bien présentes dans le bureau du sergent Soumber.

À ce matin, ce dernier a nié les accusations portées contre lui en soutenant n’avoir rien à se reprocher. Et d’ajouter que le PIO ne décide pas de l’acceptation d’un permis de résidence. Le CCID décidera du sort du sergent sous peu.