La directrice de la Vedic Social Organisation prévoit une grève de la faim à partir de demain, samedi, à 15h. Cette démarche fait suite à la fermeture des deux shelters, de Belle-Rose et Paillotte, qui comptent au total 40 employés, lesquels se retrouvent sans emploi depuis.

Pour rappel les pensionnaires du shelter, âgées de 5 à 17 ans, ont été emmenées suite aux allégations de maltraitances au sein de son établissement. Ce que la directrice et les membres du staff ont démenti catégoriquement face à la presse.

Ils déplorent les agissements de la ministre du Développement de l’enfant, Roubina Jadoo-Jaunbocus, et réclament des preuves à l’appui dans toute cet affaire. « Il y a des diffamations envers nos shelters et sans aucune preuve. Nous avons des cameras ici, de quelles maltraitances parlent-ils ? Les enfants sont suivis par des psychologues et par l’Ombudsperson. Ils ont fermé les shelters sans aucune raison; nous voulons des preuves », a clamé la directrice.

Revenant sur les faits durant la nuit de mercredi 11 juillet, ils soutiennent que les officiers de la Child Development Unit (CDU) sont arrivés et ont pris les enfants dans la soirée de mercredi sans notice ni ordre de la cour. « Il y a des calomnies contre nous », a déclaré une des salariés.

Suite à la tournure des événements, ils réclament une rencontre en urgence avec la ministre concernée. « Tou bann salarie ki la ki pou devini, kot minis pou met zot aster ?« , s’interroge t-elle.

Les employés se disent dans le flou quant à leur avenir et celui des enfants. « Rann nou nou bann zanfan », crie madame Goorwappa, une salariée. « Nou viv kouma famiy isi, seki zot inn fer koumadir zot inn detrir enn fami. Bann zanfan-la anvi retourne e nou osi nou anvi ki bann zanfan-la retourne », ajoute de son coté Jeremy, de la maintenance.