D’origine réunionnaise, Stéphanie Thazar est une des invités au grand concert de clôture du Festival Kreol qui se tiendra aujourd’hui au Fort William à Les Salines. Elle partagera la scène avec Tony Farla et Maylan Manazza de la Réunion. Ayant reçu un Prix de la SACEM en 2010, comme meilleur espoir pour son premier album, Stéphanie a aussi été la vedette de l’émission Thalassa Chaleureuse. Cette chanteuse polyvalente présentera en exclusivité lors de ce festival son nouveau single Vite.
Il suffit de regarder la pochette de son 3e album Sangita Guerrier l’Amour pour déceler la personnalité de cet auteur-compositeur-interprète. Ayant du style, Stéphanie Thazar aime surtout mettre en relief la musique métissée qui fleure bon son île de la Réunion. Elle a du rythme dans la peau et a à son actif une palette musicale riche en couleurs et en sonorités. Sangita Guerrier l’Amour, titre de son album, est aussi un prénom que lui a insufflé un sage indien. Elle se l’est fait tatouer sur le bras, ce qui représente pour elle un porte-bonheur. « C’est un prénom sacré qui signifie musique. Pour cet album, j’ai eu la collaboration de Sskyron, compositeur et réalisateur qui m’a permis de me révéler dans cet opus. » Au téléphone, à quelques heures de son arrivée chez nous prévu pour demain, elle confie au Mauricien que le morceau qui a le plus accroché est Mo Vibe. « J’avais envie d’une énergie qui libère des complexes, et d’un rythme entraînant. Ce clip qui va de pair avec la musique a été un énorme succès. » Par ailleurs, à l’occasion de deux émissions sur la Réunion, l’équipe de Thalassa a consacré un portrait à l’artiste. À Maurice, son histoire musicale a démarré avec le duo Negro Pu la Vi, en 2012 avec le titre phare Mo content to exprime. Stéphanie Thazar parle de ses voyages en Afrique du Sud, Inde, Paris, Japon qui ont été très constructifs. « Chacun de mes voyages me rapproche de ma terre nourricière, La Réunion. Au Japon, les gens ne comprenaient rien de la musique réunionnaise, mais, quand vous avez un public qui vous tend la main, c’est là qu’on réalise que la musique n’a aucune barrière. » Elle se souvient encore en riant de la boutade de sa mère : « Stéphanie, comment veux-tu devenir chanteuse, alors que tu habites à Ste. Suzanne. »
Stéphanie Thazar a voulu prendre son envol à sa manière en se lançant un défi : celui de créer sa propre musique. « Quand j’ai chanté Ti Coeur, c’est une chanson qui parle d’une femme et de son désir d’enfanter. Le public aime bien qu’on leur parle des choses qui les touchent. Ils ont besoin de s’identifier à quelque chose pour exister. » Présente sur les réseaux sociaux, Stéphanie fait un clin d’oeil à Cathy Domaingue, une Mauricienne qui, dit-elle, au départ était une fan de sa musique et qui graduellement s’est occupée de mettre en place un blog. « Un artiste a aussi besoin d’avoir autour de lui des personnes créatives, et Cathy a d’énormes potentiels. » Chanter au Festival Kreol cette année à Maurice est un moment privilégié pour elle. « Je vais interpréter un morceau exclusif Vite. Dans quelques semaines avec la sortie de ce titre, je vais prendre un nouveau départ. Les gens disent que j’ai la joie de vivre, un tempérament de guerrière. »
Employée à l’Insee dans les statistiques, elle parvient à concilier à merveille, vie professionnelle et vie artistique. Stéphanie Thazar sur scène, c’est la somme de tous les éléments qui s’harmonisent. Une véritable boule d’énergie : « J’attends avec impatience d’être sur la scène mauricienne. Le public est chaleureux et j’ai hâte d’y être. Je remercie Radio One et Kool Fm de soutenir les artistes de la région et pour moi, ce Festival Kreol est un plus pour la valorisation de nos îles plurielles. »