FESTIVAL DE MUSIQUE A L’AVENTURE DU SUCRE : Laura Hebert et Lionel Permal, Le cœur et l’âme de Kaz’Out

En partant de rien, ils avaient imaginé un festival de musique qui, quelques éditions plus tard, est devenu l’un des grands rendez-vous des amateurs de musique nouvelle. Laura Hebert et Lionel Permal se laissent ainsi guider par leurs cœurs et ont conféré une âme au Kaz’Out Muzik Festival. La quatrième édition de cet événement est prévue le 4 novembre à l’Aventure du Sucre à Belle-Vue.
Il ne faut pas s’attendre à ce que le couple nous fasse des confidences sur sa vie privée. Ceux qui les connaissent savent que Laura Hebert et Lionel Permal ne sont pas du genre. Mais demandez-leur de parler de ce qui les passionne et c’est le grand déballage. Connaissant les lieux sur le bout des doigts pour y avoir souvent été ces derniers mois, ils nous invitent à découvrir l’Aventure du Sucre sous une autre facette. C’est là que se tiendra la quatrième édition de leur festival de musique. “Kaz’Out c’est notre bébé. Il n’aurait pas pu exister sans Lionel tout comme il n’aurait pas pu exister sans moi. C’est la concrétisation de notre vision”, confie Laura Hebert.

“Notre vie tourne autour du festival”
Des sourires timides mais complices leur échappent de temps en temps alors qu’ils nous parlent de leur belle progéniture. “Nous y pensons tout le temps. Dès que nous avons une idée, nous avons tendance à la partager. Du coup, nous passons beaucoup de notre temps à en parler. Notre vie tourne autour du festival aussi bien avant qu’après. Parfois on se dit qu’il faut qu’on arrête un peu et qu’on fasse un petit break. Ça nous prend tout notre temps, nos pensées, notre énergie mais nous aimons cela”, partage Laura Hebert.
L’organisation requiert une patience à toute épreuve. Ils confient ne pas avoir beaucoup de temps libre à consacrer à leur couple ou à chacun. “C’est un choix que nous avons fait. Quand tu fais le choix d’être entrepreneur il faut être conscient que pendant les premières années, il n’y aura pas de temps pour toi”, confie Laura Hebert. Un choix qui les a poussés à mettre de côté leurs passions respectives. “J’ai dû me retirer de la scène musicale car c’est un projet qui demande beaucoup de temps”, dit Lionel Permal, qui a été l’un des hommes forts de Blackmen Bluz. Quant à Laura Hebert, elle a quitté son emploi pour se consacrer entièrement à Lively Up.

Festival à leur image.
Les deux tourtereaux ont construit un festival à leur image. Une manifestation dans laquelle ils se sentent à l’aise en tant que festivaliers. “C’est la musique qu’on aime, il y a un public qui nous suit. Nous sommes un médium où les gens se retrouvent”, dit Lionel Permal. Une conception à deux, issue d’une rencontre au théâtre alors que Laura Hebert était à l’affiche de Boeing Boeing. “On s’était croisé deux ou trois fois avant. Un soir, il est venu voir la pièce, on a discuté et les choses se sont faites”, confie Laura Hebert, qui a plus tard été à l’affiche de pièces telles Le monologue du vagin.
Pour concevoir ce festival, le couple s’est inspiré de ce qu’il a vu ailleurs. “J’ai été inspiré principalement par le festival Lott en Allemagne. C’était à la campagne, il y avait du camping, des grillades, une certaine liberté que j’ai beaucoup apprécié. J’ai adoré cette atmosphère, je me suis dit si le Mauricien peut bénéficier de ce type d’événements, il serait moins stressé”, sourit Lionel Permal. Quant à Laura Hebert, c’est le festival WOMAD en Nouvelle-Zélande qui l’a le plus marquée. Rejoignant leurs idées, les deux festivaliers ont ainsi monté ce festival.

En dehors des sentiers battus.
Quand le couple crée le festival en Kaz’Out en 2013, il le fait dans le but d’apporter sa pierre à l’édifice de la musique locale. “Dès le début, la vision de Kaz’Out était de mettre en avant des artistes qui sortent des sentiers battus et les mettre dans un cadre professionnel pour rencontrer le public. On voulait sortir du moule, sortir des choses qui sont plus conventionnelles. Mais notre priorité est d’offrir à ces artistes un cadre professionnel avec une bonne sonorisation. Ça crée une espèce de dynamisme et d’élan, ces artistes-là ne se sentent pas rejetés, ils se disent qu’ils ont leur place”, explique Lionel Permal.
De fil en aiguille, le festival a grandi pour devenir une manifestation incontournable. “Le bilan est très positif dans le sens que nous augmentons notre audience d’année en année. Nous avons débuté avec moins de 500 personnes, lors de la 2e édition nous avons triplé les entrées, à la troisième nous avons eu 2 500 personnes. Nous grandissons doucement mais sûrement”, dit Lionel Permal.


Programmation éclectique
Pour cette 4e édition, le couple a vu les choses en grand. Cette année, une quinzaine d’artistes locaux et étrangers confondus seront sur scène. Une programmation éclectique comme à l’accoutumée. Yakch’e, Danyel Waro, Bazil, Tambour Battant et Kom Zot, entre autres, partageront les trois scènes au programme avec Ras Nininn, Richard Beaugendre et autre Yenla. Une étape normale après trois éditions couronnées de succès de par le nombre de visiteurs qui n’a cessé d’augmenter chaque année. “Quand on avait créé Kaz’Out, on avait déjà pour objectif d’arriver à une programmation à 50 % locale et 50 % étrangers. C’est déjà bien lancé cette année”, fait savoir Lionel Permal.


Les activités du festival
Le festival fera de la place à un craft market qui accueillera des artisans locaux, des stands de jeux ainsi que d’autres activités. Divers ateliers sont prévus comme celui de l’initiation à la ravanne ainsi qu’à d’autres instruments, alors qu’un atelier consacré aux contes sera animé par Shenaz Patel. En outre, les billets d’entrée incluront une visite au musée de l’Aventure du Sucre. Sont également prévus les off du festival qui se feront du 1er au 3 novembre. Le 1er, le groupe Messaz sera en live au Toparadis à Pereybère à 13 h 30, Matsonic se produira à Esprit Libre à Pointe-aux-Canonniers à 16 heures et Osmosis sera en concert à No Stress à Pereybère à 21 heures. Le 2 novembre, la troupe Laforet Lespwar présentera le Spektak Mowgli dan lazeng à l’Aquarium de Maurice à 13 h 30, les DJ Dumb & Dumber et Think Loud seront au Pôle à Grand-Baie à partir de 16 heures, Redbluzz sera en live au Mystik Lifestyle Hotel à Mon-Choisy à 18 h 30 alors que Mexazz sera en concert à Esprit Libre à 20 h 30. Le 3 novembre, Brainlove sera en représentation au Mystik Lifestyle Hotel à 18 h 30 alors que le No Stress accueillera le Sound System Kaz’Out à partir de 22 heures.


Bazil
Le reggaeman français Bazil sera l’une des têtes d’affiche de cette 4e édition du festival Kaz’Out. L’artiste est très impatient de poser le pied sur notre île, qu’il va découvrir. “Je suis curieux de venir, j’aime découvrir de nouveaux endroits. J’ai eu de bons échos, notamment de la part d’une amie qui est déjà venue. Je suis impatient d’y être.”
Il proposera au public de Kaz’Out des extraits de son prochain album notamment. “Je suis en train de préparer un album qui sort dans quelques mois. Ce sera du reggae avec des rythmes urbains comme le hip-hop.” Lui qui ne chante qu’en anglais a fait ce choix car “pour moi, chanter cette musique en français serait un peu comme changer d’instrument. C’est difficile à faire mais j’aimerais le faire un jour.”
Bercé par les morceaux de Bob Marley pendant son enfance, il découvre un univers qui lui plaît particulièrement. “Quand j’étais gamin, les premières musiques que j’ai écoutées sont les vieux morceaux de Bob Marley que j’avais trouvés dans les CD de mes parents. J’ai vachement aimé les mélodies et l’ambiance, j’ai découvert toute une culture autour.” Il a commencé à chanter et à écrire des morceaux à l’âge de 15 ans seulement, ce qui lui a valu le surnom de Youthman B.