photo illustration

– Campagnes auprès des stations-service pour éviter les braquages

Même si le gros déploiement des policiers sur le terrain doit intervenir à partir du 15, des opérations sont menées en amont en vue des fêtes de fin d’année. Pour le moment, les Casernes centrales ont donné comme instructions de surveiller les alentours des bureaux de poste où sont distribuées les pensions des retraités. Le but est d’éviter que les aînés se fassent attaquer. Tandis que des campagnes de sensibilisation sont menées auprès des différentes stations-service.

Avec la décision du gouvernement d’augmenter la pension de retraite, les Casernes centrales ont immédiatement réagi pour accentuer la surveillance auprès des bureaux de poste où beaucoup de pensionnés se déplacent pour récupérer leur argent. Les Police Headquarters ont donné des instructions aux responsables des divisions de l’île pour effectuer un « special policing comprising of police officers on extra duty, patrol man and mobile patrol, Field Intelligence Officers, Anti Robbery Squad, Divisional Supporting Unit, and Emergency Response Service, to carry out patrol near post offices in order to defy notorious characters from loitering in the vicinity of pension collection points and from robbing vulnerable persons ».

Ainsi, plusieurs policiers sont en alerte et tentent de faire sentir leur présence dans ces lieux comme pour la région du Nord où 22 bureaux de poste ont été placés sous surveillance durant les jours de paiement des pensions. « Un véhicule est stationné non loin de ces bureaux où s’il y a un manque de logistique, le policier armé faisant l’“extra duty” dans le bureau est appelé à se rendre de temps en temps devant la porte d’entrée pour montrer sa présence et dissuader les voleurs », indique-t-on du côté des Police Headquarters. Les gares d’autobus font également l’objet de surveillance.

Ainsi, des opérations sont menées pour sécuriser ces lieux comme c’était le cas jeudi à la gare Jan Palach à Curepipe où six individus louches ont été emmenés au poste de police. Ils ont été soumis à une fouille corporelle et interrogés sur leur présence sur la gare. Comme il n’y avait aucun objet incriminant sur eux, ils ont été autorisés à partir. Alors que du côté de Port-Louis, les contrôles se déroulent également dans les environs du marché central où 11 personnes à l’allure suspecte ont été interrogées jeudi avant d’être relâchées sans condition.

Par ailleurs, des campagnes de sensibilisation sont menées en ce moment auprès des stations-service de l’île. « C’est durant cette période que les braquages sont plus fréquents », soulignent les Casernes centrales. Et d’ajouter : « Nos policiers se rendent dans les stations-service de leur région où ils donnent quelques conseils aux responsables et aux pompistes. Nous leur demandons de faire attention aux faux billets et de ne pas garder de grosses sommes d’argent sur eux, surtout pendant le week-end. Ils peuvent faire appel à la police pour les accompagner en banque contre un “service fee”. Nous vérifions également que leurs caméras fonctionnent bien. » La police demande également aux pompistes d’appeler sur le 148 ou 211 8852 au cas où un individu ou un véhicule suspect rôderait dans les alentours.

Malgré les différentes précautions préconisées par la police, un braquage a eu lieu dans la nuit du 1er décembre dans une station-service à d’Epinay où un pompiste de 52 ans a été grièvement blessé. Ce dernier était en compagnie d’un ami âgé de 38 ans dans un van après la fermeture quand deux hommes encagoulés et armés de sabres les ont menacés. Ils ont fait main basse sur le sac du trentenaire qui contenait Rs 25 000, tandis que le quinquagénaire a été roué de coups. En apercevant cette scène, l’agent de sécurité de la station-service a pris la fuite dans un champ de cannes situé à côté, sans aider les deux victimes. Après cet incident, le quinquagénaire est rentré chez lui sans rien révéler à ses proches. Comme il est tombé sans connaissance, il a été emmené à l’hôpital du Nord et placé en observation. Sa santé est jugée préoccupante. La CID de Pamplemousses a ouvert une enquête sur ce cas.