FIN DU MANDAT DE S.E.M Li Li : Regrettable départ

Monsieur l’Ambassadeur de la République populaire de Chine, cher ami, le temps est venu de faire vos valises. Nous sentons hélas que c’était hier que nous vous souhaitions la bienvenue. Votre séjour nous semble court, mais votre bilan est un exploit...
Pendant votre ministère, nous avons assisté, entre autres, à l’ouverture de la Banque de Chine, à une exposition sur les coutumes de mariages traditionnels à Beijing, à la mise en place de l'Institut Confucius, à Maurice, à la remise d’une série d’équipements pour la réparation et la protection des documents de nos Archives nationales, au lancement d’un cours de quatre semaines sur la peinture traditionnelle chinoise, à la célébration du 67e anniversaire de l’établissement de la relation diplomatique entre Maurice et la RPC, et comment ne pas mentionner les premiers jalons posés pour inclure Maurice dans les contours de la route de la soie. Vous pouvez fièrement proclamer haut et fort  « mission accomplie ». Et, nous serons d’accord avec vous en sachant que ce résultat flatteur, à la grande satisfaction du peuple mauricien, est le fruit de votre contribution efficace et très appréciée.
Cher ami, l’admiration, la sympathie et le regret de vous voir partir sont sans doute dus à votre sens de courtoisie et à votre caractère agréable. Vous avez su mettre toutes ces qualités professionnelles au service de votre mission chez nous. Grâce à votre savoir-faire, nous avons renforcé notre relation diplomatique, économique et culturelle et je suis sûr qu’elle résistera à l’épreuve du temps. Vous avez démenti Adlai  Stevenson, qui disait que le job du diplomate contenait trois ingrédients : Protocol, Geritol and Alcohol.
Nous vous souhaitons un heureux retour et souhaitons de tout cœur que vous ayez autant de succès, sinon plus, dans l’accomplissement de vos nouvelles fonctions.