La Mauritius Bankers Association (MBA) est l’une des 14 associations bancaires ayant signé le projet de « Contribution de l’Union Bancaire Francophone dans la lutte contre le changement climatique ». Le document, préparé par l’UBF en prévision de la conférence de Paris sur le climat, qui s’ouvre officiellement aujourd’hui, représente la position de l’union concernant le rôle des acteurs financiers en réponse au changement climatique.
« Le projet de déclaration représente un engagement ferme de l’UBF à promouvoir, d’abord, un dialogue constructif et durable entre la communauté financière, les instances internationales, les pouvoirs publics, les organisations non gouvernementales et entreprises afin de développer des solutions adéquates permettant de relever les défis environnementaux et économiques. » L’UBF annonce ainsi que, dans le cadre de la COP 21, les banques adhérentes aux associations membres de l’union se mobilisent pour la mise en place et le développement d’une coopération étroite entre pays développés et pays émergents francophones en matière de Finance Climat.
Elle précise dès lors que tout est mis en oeuvre pour favoriser les financements et les investissements orientés vers des solutions et des technologies “bas-carbone”. L’UBF estime « primordial » que les banques adhérentes s’évertuent à proposer des offres d’investissement qui intègrent des critères dits ESG (Environnement, Docial, Gouvernance) et incitent leurs clients à une meilleure prise en compte du climat, et ce en les sensibilisant aux guides méthodologiques des émissions à effet de serre du secteur financier pour mesurer l’emprunte carbone. L’UBF exhorte ses associations membres ainsi que les banques adhérentes à encourager leurs clients « à intégrer les risques et les opportunités liés au risque carbone dans leur stratégie globale, et à prendre des engagements forts pour soutenir l’action sur le changement climatique et notamment celui de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre ». L’UBF est d’avis que les acteurs financiers doivent sensibiliser les entreprises clientes à l’importance d’une intégration du changement climatique à leurs opérations et à la conception de leurs produits.
L’UBF se dit prête à intensifier ses collaborations avec les pouvoirs publics et les régulateurs « pour la définition d’un cadre politique fixant des objectifs internationaux clairs et ambitieux, mais néanmoins réalistes, pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre à court, moyen et long termes ». Disposant de structures pour l’éducation bancaire et financière des particuliers, l’UBF annonce qu’elle mettra en commun toutes les ressources disponibles pour que ses membres continuent à promouvoir des solutions de financement de projets en matière de lutte contre le réchauffement climatique.
Les signataires à ce jour de la « Contribution Climat » de l’UBF sont : Febelfin (Belgique), Association Professionnelle des Banques et Établissements Financiers (Bénin), Association Professionnelle des Établissements de Crédit (Cameroun), Association Congolaise des Banques (RDC), Association Professionnelle des Banques de Côte d’Ivoire, Fédération Bancaire Française, Association des Banques du Liban, Association des Banques de Maurice, Association Professionnelle des Banques de Mauritanie, Groupement Professionnel des Banques du Maroc, Association Professionnelle Tunisienne des Banques et des Établissements Financiers. Fédération des Associations des Établissements de Crédit de l’Afrique Centrale, Fédération des Associations Professionnelles des Banques et Établissements Financiers de l’Union Économique et Monétaire Ouest Africaine et Union Bancaire Arabe.