FINANCEMENT DE PROJETS VERTS : Une 3e enveloppe (75 M d'euros) de l'AFD en négociation

Quelque 250 projets initiés par des entreprises et individus soutenus par la MCB et la SBM à ce jour

L'Agence française de développement (AFD) se prépare à mettre une troisième ligne de crédits de l'ordre de 75 millions d'euros (environ Rs 3 milliards) à la disposition d'institutions financières mauriciennes, en particulier des banques commerciales, pour la réalisation de projets de protection de l'environnement et d'atténuation des effets du changement climatique. Sous le programme SUNREF (Sustainable Use of Natural Resources and Energy Finance), l’AFD a déjà accordé deux lignes de crédits, la première de 40 millions d'euros et la deuxième de 60 millions, à deux banques mauriciennes, en l'occurrence la MCB et la SBM, depuis 2009, qui ont permis de financer quelque 250 projets initiés à la fois par des entreprises et des individus.
Lors de l'ouverture officielle d'un atelier de travail ce matin à l'hôtel Hennessy Park, Ébène, et réunissant des officiels de l'AFD, de la MCB, de la SBM et d'institutions financières d'autres pays (Arménie, Égypte, Indonésie, Kenya, Turquie et Chine, entre autres), Matthieu Discour, directeur de l'AFD pour Maurice et les Seychelles, a annoncé que les négociations ont démarré avec les banques partenaires en vue de la mise à disposition d'une enveloppe plus importante sous la 3e ligne de crédits que se propose de débloquer l'AFD à partir de 2018. Cette démarche de l'AFD, a-t-il indiqué, résulte du succès remporté jusqu'ici par le programme de financement offert par l'agence à travers les deux principales banques commerciales du pays. « Nous sommes très satisfaits de l'impact créé par le programme SUNREF depuis 2009 », a déclaré Matthieu Discour, qui a rappelé que deux lignes de crédits totalisant 100 millions d'euros ont été offertes aux banques concernées, qui ont eu également la possibilité de financer des projets régionaux par le truchement de leurs agences étrangères. Le directeur de l'AFD à Maurice a laissé entendre que la 3e ligne de crédits envisagée pour 2018 sera « accompagnée » d'une subvention de 6 675 000 euros de la part de l'Union européenne sous forme d'assistance technique aux initiateurs de projets écologiques.
Les financements disponibles par le truchement des banques commerciales servent à la réalisation de projets d'investissement divers, notamment : la réduction de la facture énergétique, l'amélioration des outils de production en vue de diminuer la consommation d'eau et la fabrication de déchets industriels, l'adoption de sources d'énergie propre, l'accès à des technologies à faibles coûts et plus « environmentally friendly », et la baisse de la dépendance aux énergies fossiles.
La MCB et la SBM se réjouissent de l'intérêt démontré par leurs clients, entreprises et particuliers confondus, pour la formule de financement proposé sous le programme SUNREF. Dans les milieux des deux banques, on fait ressortir que des conditions « très souples » avec taux d'intérêts bonifiés sont applicables. Dans certains cas, les prêts sont accordés avec un taux d'intérêt se situant en dessous du taux préférentiel (Prime Lending Rate). La période de remboursement est variable mais ne dépasse par 10 ans et les clients ayant eu recours au financement SUNREF sont éligibles, à la conclusion satisfaisante de leurs projets, à une subvention d'environ 8% de la valeur de leurs projets respectifs. De plus, pendant la phase d'exécution des projets, les parties prenantes (banques aussi bien qu'entreprises ou individus) bénéficient d'une assistance technique, dont le financement provient de l'Union européenne.
Alain Law Min, CEO de la MCB, s'est félicité du rôle catalyseur joué par l'institution financière pour éveiller l'intérêt de sa clientèle pour des projets de développement durable. La banque a soutenu environ 185 projets sous le programme SUNREF. Alain Law Min a également mis l'accent sur les efforts consentis par le groupe MCB en faveur d'un développement durable avec une réduction soutenue de la consommation d'énergie, des déchets et des papiers, entre autres.
Raj Dussoye, CEO de la SBM, a rappelé pour sa part que sa banque a été la première à signer un accord avec l'AFD pour une ligne de crédits sous le SUNREF et que les financements pourvus par cette dernière ont servi à la concrétisation d'environ 70 projets dans divers secteurs (manufacturier, touristique, commercial et éducatif) aussi bien que des projets individuels. « La qualité de notre environnement est une préoccupation majeure de la SBM », a-t-il ajouté.