La société d’experts-comptables KPMG Mauritius, prise dans la tourmente dans le cadre du scandale financier avec le “Mega-Ponzi Scheme” de Rs 25 milliards, fait encore parler d’elle en ce début d’année. Jean-Claude Liong, le Managing Partner de KPMG – celui qui avait signé conjointement la BAI Audit Presentation du 29 mars 2010 pour l’exercice financier se terminant au 31 décembre 2009 –, a en effet été remplacé depuis le 1er janvier par John Chung, partenaire de KPMG depuis 2000 et travaillant dans le groupe depuis 25 ans.
Officiellement, Jean-Claude Liong, qui s’est vu épargner d’une convocation formelle pour interrogatoire “Under Warning” au Central CID, a fait valoir ses droits à la retraite après 30 ans de service. Le Partner Subhas Purgus se trouve dans le même cas de figure de retraite après 26 ans de service. Toutefois, dans le cas de Jean-Claude Liong, qui avait participé à une présentation des comptes audités du groupe BAI en faillite depuis 2009, des développements sont à prévoir.
Cet ancien Managing Partner de KPMG se retrouve sous le coup de cette convocation formelle au Central CID pour expliquer la séquence des événements dans les comptes du groupe Rawat depuis 2009 à la fin de 2014. Il devra expliquer pourquoi il avait été appelé à émettre des “Clean Financial Reports” au groupe alors qu’il savait pertinemment que tel n’était pas le cas.
D’ailleurs, le rapport intérimaire de nTan Corporate Advisory Pte Ltd, dont la version originale est entre les mains du gouverneur de la Banque de Maurice, Ramesh Basant Roi, fait état de la BAI Transformation Strategy en date de juin 2010, soit après la BAI Audit Presentation de KPMG, le Chief Operating Officer de la BAI soulignant avec force que « there is need to continue raising new funds to meet the commitments ». Dans cette perspective, le Managing Partner de KPMG ne pourra pas plaider l’ignorance de la mauvaise performance de la BAI depuis 2009, surtout avec la Round Tripping Transaction de Rs 3,6 milliards, avec la complicité alléguée de la Banque des Mascareignes, à un quart d’heure de la fermeture des banques le 31 décembre 2009…