Le photographe Jaffar Houssain Sobha, alias Ti Bhai, vient de lancer son livre de photographies Flashback (aux éditions Vizavi). Le livre comprend cent photos de Maurice des années 60 et 70. Une cinquantaine d’entre elles est exposée à l’Atelier Littéraire à Port-Louis. Nous sommes allés à sa rencontre dans sa demeure à Baie du Tombeau pour découvrir sa passion pour la photo et sa collection d’appareils photos.

Jaffar Houssain Sobha, 70 ans, est un ancien employé municipal qui est passionné de photographie depuis sa retraite. Dans sa demeure, ses photos sont exposées sur les murs de son garage. Sa collection personnelle repose en toute sécurité dans des albums rangés par thème. “J’ai toujours aimé imprimer mes photos. Le sens du toucher est très important. J’aime bien ressentir l’émotion de la photo en la touchant”, dit-il.

C’est une partie de cette collection qu’il livre au grand public dans le livre Flashback, où figurent cent photos prises dans les années 60 et 70. “Je sillonnais les routes à vélo avec des amis pour aller prendre des photos. J’ai toujours aimé immortaliser le quotidien. À chaque fois que je savais qu’un bâtiment allait être démoli, j’allais le prendre en photo.”
Le livre laisse découvrir des photos en noir et blanc qui illustrent plusieurs thèmes : les maisons en paille, les métiers disparus, la pêche, des scènes de vie. “Nous ne retrouvons pas la même qualité du noir et blanc sur les appareils numériques.”

Montrer la vie d’antan.

L’idée de faire découvrir ses photos date de 25 ans alors qu’il présentait l’exposition photographique “Port-Louis d’hier et d’aujourd’hui”. “J’ai eu des offres pour présenter mes photos dans un livre, mais elles n’étaient pas intéressantes. Cette année, Vizavi m’a proposé un ouvrage de qualité. La maison d’édition voulait montrer la vie d’antan, chose que j’aime beaucoup.”

Nous invitant à l’étage, Ti Bhai nous montre fièrement une pièce spéciale où reposent sa collection d’appareils photos, d’appareils cinématographiques et des accessoires liés à la photo. “Il y a environ 300 pièces. C’est une collection que j’ai commencée il y a trente ans. J’en suis très fier”, dit-il, en tenant entre ses mains un appareil photo qui le submerge d’émotion. “Cet appareil, mon père me l’a offert quand j’avais dix ans. C’est avec celui-là que j’ai fait ma première photo.”

À chaque fois que son regard croise un appareil, Jaffar Houssain Sobha raconte une anecdote. “Vous voyez celui-ci, c’est un appareil d’espion. On peut prendre des photos en toute discrétion sans que personne ne le remarque. C’est un Allemand qui me l’a vendu à Rs 800 après qu’il a perdu tout son argent au casino.”

Il confie venir dans cette pièce deux à trois fois par semaine. “À chaque fois que je touche une pièce de ma collection, je ressens une émotion.” Il y vient également pour entretenir la collection. “Il y a certains accessoires qui nécessitent un réglage régulier pour qu’ils ne s’abîment pas. J’ai suivi un cours spécial pour savoir comment entretenir ma collection.”