S’il y a un cheval qui n’a pas laissé indifférents lors de cette séance du vendredi 4 août, c’est bien Political Power. Ce sujet de l’entraînement Shyam Hurchund a paru en net regain de forme sous la selle de Sunil Bhundoo, preuve qu’il en a toujours sous les sabots, malgré le fait d’avoir été très sollicité ces derniers temps. Political Power, qui aurait pu aspirer à mieux à sa dernière sortie avec une monte plus inspirée d’un Ravi Kumar Vaibhav, visiblement dépassé par les événements, n’a pas été ridicule depuis le début de la saison, flirtant même avec la victoire en quelques occasions. Il semble être celui qui peut permettre à Shyam Hurchund et consorts de trouver la lumière au bout du tunnel.
Jambamman, de l’entraînement Jean-Michel Henry, n’est pas un sujet facile à piloter. C’est Sachin Chowa qui a été sollicité pour le faire travailler. Le hongre bai brun donne l’impression de pouvoir progresser davantage. En revanche, Oomph respire la santé. Voilà un cheval en plein épuisement et qui devrait encore faire parler de lui d’ici à la fin du présent exercice. La jument Don’t Tell Mama, qui figurait dans les entrées dernièrement, semble loin de son meilleur niveau.
À l’entraînement Simon Jones, c’est incontestablement Burwaaz qui a laissé la meilleure impression. Ce coursier reste sur deux bonnes tentatives et à la faveur d’un engagement taillé à sa mesure, il peut renouer avec le succès. Antwerp et Montante ont été maintenus dans un esprit de compétition et méritent d’être suivis. En revanche, Night Chapel est toujours green et ne gagnera en assurance qu’au fil des compétitions. The Tripster a regagné le centre pour une mise au vert après quelques semaines passées à Port-Louis. Il prépare activement son retour à la compétition.
Dancer, un coursier sur lequel Amardeep Sewdyal entretient de gros espoirs, ne sera pas vu en compétition de sitôt car il vient d’être castré. Son compagnon d’entraînement Rob’s Jewel n’a gardé aucune séquelle de sa course dans la deuxième manche du championnat des 3-ans. Philippe Henry n’avait d’yeux que pour lui lors de son travail. Avec désormais deux courses sous les sabots, Cula semble plus à son affaire d’un point de vue physique.
Skip The Red à son summum
Si les chevaux de Ricky Maingard paraissent accuser une baisse de régime ces derniers temps, tel n’est pas le cas pour Skip The Red, qui est actuellement à son meilleur niveau. Facile vainqueur à sa dernière apparition, on le voit capable de remettre ça lors de son prochain engagement qui devrait intervenir dans pas longtemps. Son compagnon d’entraînement Redwood Valley est tout aussi dans de belles dispositions. Pour rappel, sa dernière défaite est restée en travers de la gorge de son entraîneur. On le voit bien se racheter. En apparence, Nordic Storm, qui a saigné à sa dernière sortie, affiche une belle forme. Mais on pourra mieux le juger qu’à travers ses galops à Port-Louis.
L’entraînement Rousset, qui a renoué avec ses bonnes vieilles habitudes, pourrait encore faire parler de lui lors des deux prochaines journées qui précéderont la trêve de mi-saison. Ceux qui devraient occuper les devants de la scène sont Melson, débordant d’énergie à son retour aux écuries, le jeune Maxamore, le récent vainqueur Top Of The Rock, New Star et autre Ready For Take Off. Argun a connu de petits pépins au pied à l’issue de sa dernière sortie mais a vite repris l’entraînement. Il n’a pas été bousculé par Nishal Teeha.
À l’entraînement Merven, c’est Beluga qui a laissé la meilleure impression. Ce coursier arbore actuellement une belle robe. On retiendra aussi la belle prestation de Mighty Lion. C’est un coursier qui compte beaucoup de travail au centre. Tanjiro est un coursier bien né qui a été rarement surclassé en Afrique du Sud. Miler s’est aventuré jusqu’à 2000m sans démériter. Ce produit de Kahal sera un atout pour son entraîneur une fois qu’il aura retrouvé sa meilleure forme. Fortissimo s’est montré moins récalcitrant, mais il reste un coursier difficile à entraîner. Les instructions de Camille Merven à Nitish Oodith concernant ce cheval  étaient des plus explicites. Après quelques semaines passées à Port-Louis, Marron est retourné à Floréal pour emmagasiner un peu de fraîcheur. On retiendra qu’il a amélioré l’état de sa robe. Ses débuts ne sont plus qu’une question de temps.