L’attente des fonctionnaires et autres employés des corps para-étatiques par rapport à la publication du rapport du Pay Research Bureau (PRB) est longue.   Initialement prévu pour le mois d’octobre 2015, pour être mis en pratique au 1er janvier dernier, ce rapport sur les conditions de travail et les salaires dans la Fonction Publique et les corps para-étatiques se fait toujours attendre, même s’il est prévu pour la fin de ce mois. Les syndicalistes réagissent en espérant que cette attente prenne fin dans les plus brefs délais.
Selon le président de la State Employees Federation (SEF), Radhakrishna Sadien, la publication de ce rapport a pris déjà « beaucoup de retard » et « il n’y a aucune raison pour qu’il ne soit pas publié incessamment ». Il poursuit : « Cela dit, nous avons quelques souhaits à formuler : d’abord, que le PRB réduise l’écart entre les salaires des fonctionnaires qui se trouvent au bas de l’échelle et ceux des hauts fonctionnaires. Ensuite, qu’il donne les moyens et les outils nécessaires à la Fonction publique pour que cette dernière puisse offrir un service de qualité à la population. »  
Radhakrishna Sadien déplore qu’un bon nombre de recommandations émanant des précédents rapports n’aient pas été mises en pratique, dont celles consistant à offrir 60 heures de formation aux fonctionnaires et visant à la création de nouveaux postes. « Il faut aussi que les ministères n’utilisent pas ce rapport pour mettre en avant leur agenda, qui n’a pas été discuté avec les syndicats. Je souhaite également que le PRB reste indépendant dans ses recommandations », a-t-il dit.
Du côté de la Government Hindi Teachers Union (GHTU), le “mood”, selon son président Suttyhudeo Tengur, est « à l’excitation, car environ 25% des fonctionnaires, qui sont à la veille de leur retraite à 65 ans, sont à leur dernier rapport du PRB ». S’agissant des salaires, Suttyhudeo Tengur dit souhaiter que « l’anomalie concernant les salaires des enseignants du primaire », dont les salaires n’ont pas encore été alignés sur ceux de leurs collègues du secondaire, « soit corrigée par ce rapport ». Il note aussi le cas des Deputy Head Teachers (DHT), qui ont obtenu leur “Diploma in Educational Management” « et qui attendent encore leurs deux “increments” ». Et de revenir à son tour à la charge concernant l’écart entre petits et gros salaires qui, selon lui, « cause une frustration grandissante au sein de la Fonction publique ».
Pour sa part, le président de la Federation of Parastatal Bodies an Other Unions (FPBOU), Deepak Benydin, s’attend à ce que ce rapport du PRB « vienne corriger la frustration » qui règne au sein des corps para-étatiques. « Il y a beaucoup de cafouillages entre les corps para-étatiques et la Fonction publique », a-t-il lancé, avant de citer le cas du Civil Service College, où siègent trois syndicalistes de la Fonction publique, « mais aucun qui représente les corps para-étatiques ». Deepak Benydin poursuit : « Nous voulons être partie prenante avec la Fonction publique sur tous les aspects du recrutement, de promotions et autres. Nous avons demandé la mise en place d’une Parastatal Services Commission pour s’occuper du recrutement et des promotions de manière plus transparente dans ce secteur. Nous souhaitons l’obtenir dans ce présent rapport. » Et de conclure : « Concernant l’écart salarial, nous ne demandons évidemment pas de réduire ceux des hauts fonctionnaires, mais de rehausser ceux au bas de l’échelle. »