Ivar Tallo, connu comme le père de la gouvernance numérique en Estonie, est attendu à Maurice lundi prochain pour une visite d’une semaine à l’invitation du ministère des Affaires étrangères. Durant sa visite d’une semaine dans l’île, il partagera son expérience dans le domaine de la gouvernance numérique en Estonie et ailleurs et doit également avoir des sessions de travail avec la Financial Services Commission.
Le ministère des Affaires étrangères a, dans le cadre de la Public Sector Transformation Strategy, été identifié par gouvernement comme le porte-drapeau du programme de digitalisation de l’ensemble de la fonction publique.
« Les affaires étrangères sont la fenêtre de l’île Maurice ouverte sur le monde et constituent également la vitrine de Maurice sur le plan international », explique Kelly Culver, experte canadienne actuellement attachée à ce ministère afin de l’aider à mettre en oeuvre son Economic and digital transformation project. Elle se dit convaincue que l’expérience acquise au niveau des affaires étrangères pourra être utile non seulement pour les autres ministères et services gouvernementaux à Maurice mais également pour les pays de la région.
Pour le chef de la diplomatie mauricienne, Vishnu Lutchmeenaraidoo, la transformation digitale va de pair avec une diplomatie économique et le statut de Maurice comme un État océan. « Maurice aspire à devenir une puissance économique régionale », affirme-t-il. « La diplomatie économique demeure un outil par excellence pour traduire cette vision dans les faits. Le ministère des Affaires étrangères s’est engagé dans un vaste processus de modernisation en vue de développer une diplomatie vigoureuse et dynamique qui mise sur l’ouverture de l’économie vers l’Afrique, notamment, et sur l’idée que le modèle de développement de Maurice soit conçu sur le concept de Maurice comme un État océan. Le ministère des Affaires étrangères jouera un rôle de lighthouse au sein de la région ».
Dans le cadre de sa transformation digitale, le ministère des Affaires étrangères a fait appel à l’Estonie, le N° 1 mondial dans le domaine de l’e-government, pour le soutenir. Ce pays a accepté de partager son savoir-faire avec Maurice dans le cadre de l’initiative européenne Digital for development que l’Estonie veut promouvoir durant sa présidence de l’Union européenne. Une mission d’experts de l’Estonie était présente dans le pays au début d’octobre pour faire une évaluation de la situation et proposer un plan de plateforme numérique qui devra s’intégrer au projet e-government de l’ensemble des services gouvernementaux. Des consultations ont eu lieu avec toutes les parties prenantes internes au gouvernement et externes en vue de concevoir et développer une plateforme digitale la plus efficace possible pour soutenir une diplomatie économique avant-gardiste. Le ministère bénéficie également de l’assistance technique du gouvernement australien dans le cadre de ce projet de transformation avec une attention spéciale sur la diplomatie économique. C’est dans ce contexte que Graham Teskey, ancien membre du groupe de travail sur la stratégie de la diplomatie économique au département des Affaires étrangères et du Commerce australien, était à Maurice récemment.
Comme le souligne Kelly Culver, la digitalisation est une étape essentielle dans le cadre d’une diplomatie économique qui présentera Maurice non pas comme un petit État insulaire mais comme un État océan de 2,3 millions de kilomètres carrés avec une vaste zone économique exclusive riche en ressources. Cela nécessitera une coordination efficace entre toutes les parties concernées et tous les secteurs diplomatiques dont la politique, l’économie, le commerce, la culture, l’écologie, le consulaire etc. qui ne sera possible qu’à travers la digitalisation.