Les déplacements à l’extérieur sont de vrais cauchemars pour le Club M. Après le 0-7 contre le Sénégal et le 0-3 face à la République démocratique du Congo, la sélection nationale a subi un autre gros revers face au Cameroun (0-5), samedi dernier à Yaoundé pour le compte de la 5e journée des qualificatifs du groupe 5 de la CAN 2012.
Cette défaite ne change rien pour l’équipe mauricienne, lanterne rouge de ce groupe. Par contre, elle relance les Lions Indomptables qui sont passés à la deuxième place avec huit unités, soit une de plus que la RDC, battue à Dakar, par le Sénégal (0-2). Les Sénégalais sont déjà qualifiés alors que les Camerounais espèrent terminer parmi les meilleures deuxièmes de la compétition.
Le coach mauricien, Akbar Patel, reconnaît dans une déclaration à la presse camerounaise la supériorité de l’adversaire. « Le Cameroun a amplement mérité de remporter cette rencontre. Cette sélection a tout simplement été plus forte que la nôtre. »
Le Club M a réussi à regagner les vestiaires après la première mi-temps sans prendre de but malgré une nette domination des Lions indomptables. « Ces derniers ont sérieusement inquiété leurs supporters pendant la première manche. Samuel Eto’o et ses camarades n’ont pratiquement rien réussi devant une équipe mauricienne recroquevillée devant ses buts », écrivait la presse camerounaise.
Le sélectionner espagnol, Javier Clemente, a apporté des changements tactiques à la pause en faisant entrer Leony Léonard Kweuke à la place de Henri Bedimo. Il a décalé Choupo-Moting à gauche, Kweuke et Eto’o à la pointe. Le nouveau dispositif a permis à l’attaque camerounaise de retrouver du rythme. Et également du réalisme et de l’efficacité.
À la 54e minute, mauvais dégagement du gardien mauricien, Ivahn José, sur une frappe de Samuel Eto’o. Leony Kweuke, en embuscade, marquait de la tête. Un but qui donna des ailes aux locaux, lesquels assiégeaient le camp mauricien.
Ils doublaient la mise neuf minutes plus tard par Mathew Adongcho sur une ouverture lumineuse de Samuel Eto’o. Ce dernier, fauché dans la surface de réparation à la 70e minute, se fit justice lui-même. Landry Nguemo (85e) et Choupo-Moting (90e) clôturèrent le festival.
« Le plus important était de renouer avec la victoire. Car elle nous échappe depuis un bon moment. Cet objectif a été atteint », devait déclarer l’attaquant Samuel Eto’o. Avant de poursuivre : « Je tiens à remercier le public qui a été avec nous et nous a soutenus. »