FOOTBALL - CHAMPIONNAT PROFESSIONNEL 2017 : Le Charity Shield programmé pour le 19 novembre

Une nouvelle formule mise en place avec une ligue aller-retour et neutre qui se clôturera en 28 journées

Il était temps ! En effet, après de longs mois d'attente, le championnat de football professionnel prendra enfin son envol le 19 novembre courant avec le traditionnel Charity Shield, qui donnera le coup d'envoi de la saison 2017/18. Le champion en exercice, Pamplemousses SC, croisera le fer avec son rival et concurrent principal pour le titre, l'ASPL 2000, vainqueur de la MFA Cup. Des retrouvailles qui s'annoncent électriques, quand on sait que les deux formations se sont affrontées à Rodrigues en amont de la saison 2016-17, toujours pour la même compétition.
On se souvient que l'ASPL 2000 s'était imposé sur le plus petit score qui soit sur une réalisation signée de son ancien capitaine Andry Lalaina (alias Blanc) au stade Camp du Roi. Pour en revenir au championnat lui-même, le coup d'envoi devra donc avoir lieu une semaine plus tard. Selon les renseignements dont nous disposons, la Mauritius Football Association (MFA) a nommé un board qui s'occupera de la gestion du championnat professionnel. Après de longues réunions et une interminable attente, le seul point qui a mis tout le monde d'accord est la formule de la compétition. En effet, les équipes joueront une ligue en manche aller-retour, puis une troisième rencontre disputée sur terrain neutre.
5 clubs de l'élite représentés au sein du board
Élu président du comité directeur de la Professional Football League (PFL) lundi, Eric Lim, qui est aussi président de Pamplemousses SC compte bien,  mener à bon port sa mission. "La situation financière est assez difficile surtout que chaque club bénéficie d'une enveloppe de Rs 170,000 mensuellement alors qu'auparavant il touchait Rs 300,000. Nous devons trouver des moyens de financements afin de pallier à ce manquement. C'est dans cette optique que les clubs pourront désormais faire appel directement à plusieurs sponsors qui seront prêts à les aider financièrement. Ces clubs seront d'ailleurs beaucoup plus impliqués que par le passé", a-t-il confessé. Cinq clubs sont représentés au sein du board, à savoir ceux du Pamplemousses SC, de l'Association Sportive de Quatre-Bornes, La Cure Sylvester SC, Petite-Rivière-Noire FC et Roche-Bois Bolton City. "Nous avons le soutien de la MFA, avec la présence de Barlen Sengayen, d'Abdool Bukus et de Prem Jodha au sein du board, eux qui siègent dans ce comité et qui représentent les équipes inférieurs. ll faut aussi savoir que d'ici trois semaines, le comité sera renforcé avec l'arrivée de deux représentants du ministère de la Jeunesse et des Sports", a soutenu notre interlocuteur.
Pour rappel, la Mauritius Professional Football League a mis la clé sous le paillasson après trois ans d'activité au terme de la saison 2016-17. Cette année, c'est le MJS qui sera le partenaire le plus important de ce projet, avec une somme de Rs 17 M allouée à la cause du football professionnel. Mais, bien évidemment, des voix s'élèvent contre cette somme, estimant que c'est loin d'être suffisante pour assurer la viabilité d'un club. À l'opposé, le MJS veut surtout que les clubs développent leur autonomie et assurent ainsi la pérennité du football professionnel. "Ce qui nous importe, c'est le bien-être des joueurs, qu'ils soient rémunérés comme il se doit, et qu'il n'y est pas de retard dans les salaires. Nous allons travailler dans la transparence. Si en cours de saison, nous rencontrons des difficultés, nous n'hésiterons pas à revoir la formule. L'objectif est de rester le plus professionnel possible. Notre mission est de maintenir le football professionnel à flot. Toutes les parties concernées, que ce soit la MFA, la PFL, ainsi que les clubs membres siégeant au sein de PFL et le MJS souhaitent faire avancer le football, et aussi s'assurer qu'un tel projet puisse survivre dans la durée. Tous les clubs professionnels doivent s'impliquer afin que nous puissions faire bouger les choses, et qu'il n'y ait pas d'excuse de la part de certains clubs comme ce fut le cas dans le passé. Nous y veillerons", a-t-il conclu.