FORBACH — ACCIDENT FATAL : Veer Luchoomun silencieux sur le résultat du test d'alcoolémie

Le frère de la PPS Sandhya Boygah : « Ti ankor pe fer nwar e zot pa ti met zot zile (fluorescent) »
Veer Luchoomun a retrouvé la liberté conditionnelle après sa comparution au tribunal de Mapou hier après-midi

Veer Luchoomun, le conducteur de la Jaguar impliquée dans l'accident de Forbach dimanche, ayant coûté la vie à Keshava Appadoo, 27 ans, a retrouvé la liberté conditionnelle après sa comparution au tribunal de Mapou hier après-midi. Inculpé sous une accusation provisoire d'homicide involontaire, le frère de la Private Parliament Secretary (PPS) Sandhya Boygah et neveu de la ministre Leela Devi Dookhun a dû fournir une caution de Rs 12 000 et signer une reconnaissance de dette de Rs 100 000. 
À sa sortie du tribunal, Veer Luchoomun a déclaré : « Je suis vraiment, vraiment désolé de ce qui s'est passé. Je présente mes sincères sympathies à la famille Appadoo. Il n'y a aucun “cover-up”. Je laisse la police faire son travail. » Il a cependant gardé le silence en ce qui concerne le test d'alcoolémie, qui s'est avéré positif. 
Après une nuit passée dans une clinique de Grand-Baie, Veer Luchoomun a été emmené au poste de police de Piton hier, où il a fourni ses premières explications sur les circonstances de cet accident en présence de son avocat, Me Steven Sohoboa. Veer Luchoomun, qui avait 63 mg d'alcool dans le sang – soit trois fois la limite autorisée –, avance que « mo pann trouv motosiklet-la divan mwa », soutenant que « ti ankor pe fer nwar et zot pa ti met zot zile (fluorescent) »
Le rapport de la police mentionne que la collision s'est produite vers 5h15 du matin. Pour mettre au clair cet aspect de l'enquête, la police attend les explications du motocycliste rescapé, Natraj Bhojraz. Les officiers souhaitent établir, entre autres, si les lampadaires de la route principale de Forbach étaient toujours allumés. 
Au cours de son interrogatoire, Veer Luchoomun a dit « ne pas trop se souvenir » des détails de l'accident, car étant « en état de choc ». Il a fait comprendre aux policiers que « monn sey evit motosiklet-la, me ti tro tar ». Il a avoué qu'il « était pressé en chemin », car il avait une « urgence » chez lui. La police a noté que les deux occupants de la motocyclette ont été traînés sur une distance de 300 mètres après l'impact, témoignant de la vitesse à laquelle la Jaguar roulait. Les éléments du Scene of Crime Office (SOCO) ont examiné la voiture en question et soumettront un rapport dans les prochains jours.
En ce qui concerne son taux d'alcoolémie, le propriétaire de la maison de jeu Baron Games, à Rivière-du-Rempart, a gardé le silence, ne souhaitant pas répondre aux questions des enquêteurs. Après son interrogatoire, il est retourné à la clinique pour poursuivre son traitement. Les autres occupants de la voiture seront interrogés cette semaine pour apporter un éclairage sur cet accident. 
Par ailleurs, les funérailles de Keshava Appadoo ont eu lieu hier à L'Espérance, Piton. Dans l'après-midi, ses proches se sont rendus sur le lieu de l'accident, le temps d'une prière. La veille du drame, Keshava Appadoo s'était rendu dans une boîte de nuit avec quelques amis. Par la suite, il avait rencontré son ami Natraj Bhojraz, qui travaille comme gardien dans un hôtel de Pointe-aux-Canonniers. Ce dernier lui avait donné un “lift” sur sa motocyclette pour rentrer à la maison. 
C'est Natraj Bhojraz qui pilotait l'engin. La Jaguar de Veer Luchoomun ayant percuté la moto par l'arrière, Keshava Appadoo a été atteint de plein fouet et est mort sur le coup. L'autopsie a attribué son décès à un choc dû à de multiples blessures. Quant à Natraj Bhojraz, il se remet lentement de ses blessures, même si son état de santé est toujours sérieux.