La Federation of Progressive Unions (FPU) a animé un point de presse ce matin à Port-Louis pour débattre sur la compensation salariale de 2016 et les actions à prendre. À l’occasion, elle a invité les Mauriciens à assister à la manifestation de l’Intersyndicale Secteurs Libérés prévue pour le samedi 12 décembre à 13 h 30 à côté de la poste de Rose-Hill.
D’entrée de jeu, James Adélaïde, président de la FPU, a indiqué qu’une deuxième conférence aura lieu à une date ultérieure et concernera le rapport financier de l’Observatoire de la démocratie par rapport au secteur bancaire qui prête de l’argent et qui pousse les gens à l’endettement. Il a allégué qu’une banque pratique des taux d’intérêt de 12 % avec les emprunteurs alors que seulement 2 % sont accordés sur les savings accounts. « Secteur bancaire pe enrichi lors zot la tête. Nou invite tous Mauriciens vine zwenn nu dan nou batay contre le secteur privé. » Ivor Tan Yan a quant à lui parlé de la compensation salariale en disant que le gouvernement, avec l’accord du secteur privé, a modifié son positionnement par rapport à la compensation salariale. « Rs 250 pour les bas salaires et Rs 150 pour les salaires au-dessus. Le gouvernement a reconnu la nécessité de récompenser ceux qui ont un salaire inférieur, il a reconnu cet écart faramineux entre les salaires. Un salaire doit être suffisamment décent pour faire vivre le travailleur et sa famille. » Une entreprise, dit-il, se doit de rééquilibrer l’écart salarial. Venoo Ramasamy, membre exécutif de la FPU, a soutenu que les Rs 150 de compensation sont une insulte pour la classe des travailleurs. « Certes, le gouvernement a fait un grand pas, mais nu pane finn gagn satisfaction ankor. Gouvernman fine promet ki pu ena enn salaire minimum et pu nu li bizin tourne autour de Rs 14 500 ». Le rassemblement et la marche du samedi 12 décembre se tiendra à 13 h 30 à côté de la Poste de Rose-Hill. Le but est de permettre à tous les travailleurs de « fer tann zot lavwa ». Parmi les thèmes abordés : le combat contre la privatisation, les arnaques, la fraude, le gaspillage de fonds, l’ingérence politique et l’injustice. Prendront la parole : l’Intersyndicale des Secteurs Libérés, Maheswar Ram, Raj Jugurnauth, James Adélaïde, Eddy Benoît, Vega Iyaroo et Sanjeev Teocaram. Invités : Jane Ragoo, Reeaz Chuttoo, Ivor Tan Yan, Atma Shanto, Narendranath Gopee, Deepak Benydin, Dev Ramano, José Moirt, Jack Bizlall et Rehana Gafoor.