Dayvid Mirbel-Nelson, un des directeurs de Betlin Express, société de fret maritime et aérien entre Londres et Maurice avec pour clientèle principale des Returning Residents, est impliqué dans une fraude douanière sur l’importation de voitures de luxe et s’est vu refuser sa demande de radiation de la charge provisoire retenue contre lui. Dans un Ruling rendu mardi 12 avril, la magistrate Adila Hamuth a soutenu qu’à ce stade il n’y a aucune raison valable pour que l’accusation provisoire soit rayée vu que des dénouements sont attendus dans cette affaire.
Dayvid Mirbel-Nelson, qui fait l’objet d’une accusation provisoire depuis le 4 février 2014, avait demandé que celle-ci soit rayée, étant donné que cela fait deux ans qu’elle a été logée et que, jusqu’à l’heure, aucune accusation formelle n’a été retenue contre lui. Il a ajouté que « ce délai me porte préjudice ». Dayvid Mirbel-Nelson est accusé d’avoir, en mai 2010, comploté avec Dhanisshwar Toolsee, le directeur de SS Motors Ltd, pour l’importation frauduleuse de voitures de luxe. Dayvid Mirbel-Nelson aurait proposé une commission de Rs 100 000 à Mooneshwar Mudhoo et à Nauwshadally Ghoorun respectivement, pour que ces derniers, deux Returning Residents bénéficiaires de duty concessions sur les voitures, fassent importer les voitures sur leurs noms via Betlin Express. Ces grosses cylindrées seraient par la suite acquises par de tierces personnes à Maurice. Cela en violation de l’article 38 du Code pénal. Le manque à gagner à l’État s’évalue à Rs 7 357 957.
Dhanisshwar Toolsee, à qui il est reproché d’être le cerveau derrière ce réseau d’importations de voitures de luxe, se trouve actuellement sur le banc des accusés en Cour intermédiaire aux côtés de Thierry Lagesse, ex-président du conseil d’administration du Groupe Mon Loisir (GML) et Ashish Seeburrun, un Returning Resident, dans ce cas de fraude douanière.
Dayvid Mirbel-Nelson, qui soutient avoir vécu plus de vingt ans en Grande-Bretagne, étant bénéficiaire d’un permis de résidence indéfini, nie toute implication dans ce cas de fraude, ajoutant que cette accusation lui porte préjudice, lui qui se trouve sans emploi et qui doit compter sur l’aide financière de son père.
Pour justifier les raisons pour lesquelles la charge provisoire contre l’accusé ne sera pas rayée, le parquet a indiqué que le procès d’un des Returning Residents, soit Mooneshwar Mudhoo, est en cours et que le bureau du DPP attend la fin du procès afin de se décider sur le cas de Dayvid Nelson Mirbel. Le parquet a soutenu que Mooneshwar Mudhoo sera appelé comme témoin dans l’éventuel procès de Dayvid Nelson Mirbel. Mooneshwar Mudhoo aurait affirmé que ce dernier était bien impliqué dans ce cas de fraude.
Dans son Ruling, la magistrate Hamuth a soutenu qu’il est de l’intérêt public que Dayvid Mirbel-Nelson soit toujours sous « contrôle judiciaire » en raison de la gravité du délit qui lui est reproché. « This court is therefore not ready to exercice its inherent powers to strike out the provisional charge at this stage. The motion of counsel for the defence is therefore set aside », conclut la magistrate.