Presque deux semaines après l’éclatement du scandale du GamblingGate, avec l’arrestation de deux secrétaires de juge, Krishnadatt Jory et Rajendranath Issuri, le tribunal de Port-Louis a accordé, ce matin, les deux premières motions de remise en liberté provisoire en dépit des objections formelles logées par le Central CID. Ainsi, l’avoué Roshan Rajroop, dont les services ont été retenus par la société Sport Data Feed Ltd, et Sahadeo (Vikash) Ramjit, Executive Chairman et Chief Executive de cette dernière société, ont été remis en liberté provisoire à la mi-journée suite à une décision du magistrat Iswurduth Seetohul, siégeant en Cour de Port-Louis.
L’avoué Rajroop a été parmi par les premiers suspects dans cette affaire relevant d’un complot allégué en vue de détourner une décision de la Cour suprême en faveur de Sport Data Feed Ltd dans le cadre du monopole pour l’organisation des paris sur des matches de football à l’étranger.
Suite à ce développement, le représentant du Directeur des Poursuites Publiques (DPP), Me Natarajan Mooneesamy, a demandé à la Cour un délai en vue de solliciter des directives quant à la marche à suivre par rapport aux Bail Motions présentées devant cette même instance. Les secrétaires des juges Abdurrafeek Hamuth et Asraf Caunhye, Me Noor Hussenee, avocat de Sport Data Feed Ltd et Ahkee Bhikajee, Supervisor de SMS Pariaz Ltd et principal contact de Jean-Michel Lee-Shim à Maurice, qui sont également en détention,  devront être fixés sur leur sort cet après-midi quand les débats sur les motions de remise en liberté provisoire devront reprendre.
L’avoué Rajroop et le Chief Executive de Sport Data Feed Ltd ont eu à fournir chacun une caution de Rs 50 000 et une reconnaissance de dettes de Rs 500 000 pour retrouver la liberté provisoire à la mi-journée. De plus, ces deux suspects devront éviter toute intervention « in whatever manner whatsoever » dans le cadre de l’enquête du Central CID sur le GamblingGate.
L’avoué Rajroop, dont les ordinateurs et autres équipements de communications, y compris un iPhone, ont fait l’objet de saisie de la part du Central CID pour des besoins d’enquête, a fait état de ses difficultés pour honorer ses engagements professionnels. Il a affirmé qu’il a plusieurs dossiers en cours devant les différentes instances judiciaires et que sans ses outils informatiques de travail, il pourrait se retrouver en difficultés. Le magistrat a fait comprendre qu’il ne pourrait intervenir dans la conjoncture et que l’homme de loi devra poursuivre son travail sans accès à ses équipements informatiques.
La décision du tribunal de Port-Louis à la mi-journée a pris à contre-pied les responsables de l’enquête sur le GamblingGate, qui misaient sur une reconduction de la détention provisoire des suspects placés en garde à vue. L’éventualité que les quatre autres prévenus soient remis en liberté n’est pas à écarter. Toutefois, l’enquête du Central CID devra se poursuivre avec de nouvelles séances d’interrogatoire des principaux protagonistes dans ce scandale de complot allégué au sein de la Cour suprême.