L’aide et l’expertise hollandaises dans la gestion des catastrophes naturelles liées au changement climatique ont été au centre des pourparlers entre l’ambassadeur de la Hollande à Maurice, basé à Dar es Salaam, Tanzanie, Jaap Frederiks, lors d’une visite de courtoisie au ministre de l’Environnement, du Développement durable et de gestion des catastrophes et des plages, Raj Dayal, jeudi matin.
L’aide et le soutien du Pays Bas ont déjà fait l’objet d’un protocole d’accord signé entre le ministre et les représentants du gouvernement hollandais où l’expertise d’une firme, Stichtig Deltares, dans le cadre de la gestion des inondations et surtout la gestion des zones côtières est nécessaire. Raj Dayal a également sollicité l’aide des Pays Bas pour la réhabilitation d’Agalega où le niveau de la surface de terre n’est qu’à quelques mètres de celui la mer.
Jaap Frederiks a été attentif aux propos du ministre et a aussi proposé que l’ambassadeur mauricien à Bruxelles se rende à Amsterdam pour assurer le suivi des relations bilatérales.
Par ailleurs, un atelier de travail regroupant une quarantaine de représentants de différents ministères et d’institutions publiques s’est ouvert aujourd’hui à l’hôtel Voilà, à Bagatelle. Il est organisé par le ministère de l’Environnement en collaboration avec l’UNDP, et l’ouverture a été faite par Raj Dayal en présence du représentant de l’UNDP, Simon Springett.
Cet atelier de caractère technique est animé par quatre experts, Tony Elliott, responsable de ICG/IOTWS Secretariat de l’IOC-UNESCO à Perth, Australie, Harkunti Rahayu, Director of Disaster Research Centre of Institute of Technologu of Bandung, Regina Prosper de la Division of Risk and Disaster Management des Seychelles et Ardito M. Kodijat, Head of Indian Ocean Tsunami Information Centre de l’IOC-UNESCO à Djakarta, Indonésie.
Outre les présentations théoriques, les participants seront appelés pendant les deux derniers jours à des exercices pratiques simulés pour parfaire leurs connaissances. Nous y reviendrons.