Le débat sur les amendements au Double Taxation Avoidance Treaty (DTAT) entre l’Inde et Maurice, avec l’élimination de la clause sacro-sainte de l’exemption à la Capital Gains Tax sur les transactions, pourrait amorcer un nouveau virage dans les prochains jours. À ce stade, le leader de l’opposition, Paul Bérenger, qui a préféré attendre le prochain point de presse hebdomadaire pour commenter le nouveau paysage du Global Business Sector, n’écarte pas la possibilité d’abattre la carte de la Private Notice Question (PNQ) sur l’offshore au retour de mission à Londres du ministre des Services financiers, Roshi Bhadain. En parallèle, l’International Financial Services (IFS)avec l’ancien ministre des Finances, Rama Sithanen, en tant que Chairman et directeur de ce pionnier dans le secteur du Global Business, gérant des fonds de 87 milliards de dollars US, accueille favorablement les modifications apportées au traité indo-mauricien en s’appesantissant sur le fait que « malgré tout Maurice restera la plateforme préférée pour des investissements en Inde ». C’est ce qu’indique le Website de l’International Financial Services avec plus d’un millier de Global Entities sous sa tutelle. D’autre part, les autorités indiennes affirment que le protocole signé avec Maurice, ne constitue nullement un « one-off » car des changements sont également envisagés dans le traité avec Singapour et une ligne encore plus dure à l’encontre de Chypre.