Selon le monitorage réalisé par Genderlinks pour l’année 2015, les femmes ne représentent que 15 % des voix dans les médias. Ce qui constitue une baisse de 2 % par rapport au même exercice réalisé en 2010. Le Global Media Monitoring Project (GMMP) a été réalisé le 25 mars 2015 dans 114 pays du monde. C’est l’Amérique du Nord qui enregistre la plus forte représentativité féminine dans les médias, soit 36 %. Pour la région africaine, le chiffre est de 24 %. Le rapport démontre également un effet de “glass ceiling” pour les femmes journalistes.
Cet exercice de monitorage des médias est réalisé tous les cinq ans par Genderlinks. Le premier remonte à 1995, année où les relevés avaient eu lieu dans 71 pays. Celui de 2015 constitue un record puisque 114 pays du monde sont concernés. Genderlinks en a assumé la responsabilité dans 15 pays de la SADC.
À Maurice, une équipe de Genderlinks Mauritius, sous la supervision de la Country Manager, Anushka Virahsawmy, a scruté trois quotidiens, à savoir Le Mauricien, L’Express et Le Défi Quotidien, deux radios, Radio Plus et Radio One, ainsi que la MBC. Les médias électroniques n’ont pas été considérés. Les méthodes de monitorage viennent des États-Unis et l’exercice s’est tenu le 25 mars dans l’ensemble des pays concernés.
Le rapport qui a été rendu public vendredi dernier, démontre que la voix des femmes dans les médias à Maurice ne représente que 15 %, une baisse de 2 % par rapport à 2010. Pour la région africaine elle est de 24 %. Le relevé s’établit comme suit pour les autres régions : Asie 20 %, Caraïbes 29 %, Europe 25 %, Amérique Latine 29 %, Moyen Orient 18 %, Amérique du Nord 36 % et Pacifique 22 %.
Le rapport global démontre également un effet de « glass ceiling » pour les femmes reporters, journalistes et présentatrices. En 2010, 37 % des articles de presse, radio et télévision étaient réalisés par des femmes. Le chiffre est resté inchangé pour l’exercice de 2015. Des différents sujets identifiés dans les médias, soit politique et gouvernement, économie, science et santé, crime et violence, social et justice, célébrités, art, média et sport, c’est dans le domaine science et santé que l’on retrouve le plus grand nombre d’articles réalisés par les femmes.
Pour ce qui est des différents médias, c’est la radio qui enregistre le plus fort pourcentage de femmes reporters, soit 36 %, comparé à 27 % pour la télévision et 21 % pour la presse écrite.
À Maurice, c’est dans le domaine de l’économie que le monitorage du 25 mars 2015 relève le plus fort pourcentage d’articles écrit par les femmes, soit 44 %. Suivent dans l’ordre : social et justice 22 %, crime et violence 17 %, politique et gouvernement 11 %, célébrités, arts, médias et sport 0 %.
Le rapport national démontre également que dans 63 % des cas, les femmes sont présentées dans les médias en tant que victimes des accidents, des catastrophes naturelles et de la pauvreté. Dans 13 % des cas, elles sont liées à la violence domestique, au crime et au vol.
Dans le rapport global, le pourcentage est de 9 % concernant les femmes victimes d’accidents, de catastrophes naturelles et de la pauvreté ; 8 % en tant que victimes de “non domestic crime” et vol ; 10 % en tant que victimes de violence domestique, viol et meurtre.
FLACQ : Deux jeunes appréhendés avec du cannabis
Une opération de “stop ans search” conduite par les officiers de la Divisional Supporting Unit (DSU) de Flacq, samedi à 19 h 30, a mené à l’interception d’un van avec son bord deux jeunes de 22 ans et 19 ans, habitant Camp-de-Masque. Semblant suspects, ils ont été fouillés et une certaine quantité de cannabis a été découverte sur eux. Conduits au poste, ils ont été interrogés avant d’être libérés sur parole.