Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, qui a fait l’impasse sur le récent sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Southern African Development Community (SADC) du week-end dernier, se prépare pour le prochain sommet des Nations unies à New York. Son intervention à la tribune de l’ONU, après l’ouverture solennelle des travaux le 19 septembre prochain, et qui sera une première pour lui en tant que chef de gouvernement, devrait être en partie axée sur le vote de la séance plénière du 22 juin dernier ouvrant la voie pour Maurice à une Advisory Opinion de la Cour Internationale de Justice contre la Grande-Bretagne sur les Chagos. Mais auparavant, il devra affronter deux épreuves cruciales, qu’il pourra difficilement éviter. D’abord, jusqu’ici le leader du MSM n’a pas fait grand cas de l’élection partielle à Belle-Rose/Quatre-Bornes (No 18) après la démission de Roshi Bhadain de l’Assemblée nationale. Mais avec la date butoir du 20 septembre prochain, il n’aura d’autre choix que d’arrêter les dates du Nomination Day et du Polling Day, détails à être inclus dans le Writ pour cette élection de remplacement. D’autre part, avec le retour au pays en début de semaine du président de la Commission d’enquête sur la drogue, l’ancien juge de la Cour suprême Paul Lam Shang Leen, Pravind Jugnauth devra être entendu en priorité pour contrer les allégations portées contre lui par le parrain des parrains de la drogue, Peroumal Veeren, qui purge une peine d’une trentaine d’années de prison pour le délit de trafic de drogue.
L’échéance du mercredi 20 septembre en vue de publier le Writ of Election au No 18 coïncidera avec la période de déplacement en mission officielle de Pravind Jugnauth à New York. C’est ce qu’a appris Week-End de sources concordantes. La question qui se pose est s’il attendra l’extrême limite pour dévoiler les échéances pour le dépôt de candidatures et pour le vote des 42 052 électeurs inscrits sur les nouveaux registres de la Commission électorale dans cette circonscription.
Toutefois, dès la première quinzaine de septembre, les échanges de correspondance entre le Prime Minister’s Office et la State House seront suivis avec un intérêt particulier, ainsi que les Despatches by Special Rider. A ce jour, tout semble indiquer que l’option qui pourrait être privilégiée par l’Hôtel du gouvernement serait d’organiser ce scrutin partiel vers la fin de cette année, évitant une joute électorale au cours des deux premiers mois de la nouvelle année 2018. Toutefois, ceux qui ont tenté de sonder le principal concerné au sujet de ces dates affirment que l’exercice demeure vain, vu que Pravind Jugnauth esquive de manière délibérée toute question à ce sujet.
Néanmoins, la prochaine réunion des instances dirigeantes du MSM au QG du Sun Trust devrait voir la question de la participation de ce qui reste de Lalyans Lepep à cette élection de remplacement être tranchée. à ce sujet, un renversement de tendance se fait sentir.
En faveur d’une candidature de la majorité
Le mouvement serait en faveur d’une candidature de la majorité gouvernementale « vu l’état de l’opposition parlementaire et extra-parlementaire, surtout après l’échec de la manifestation contre la hausse des produits pétroliers ». C’est du moins ce qu’affirment certaines sources au Sun Trust avec le nom d’un candidat éventuel cité. En cas de victoire de celui-ci, il pourrait se voir propulser au fauteuil de ministre des Finances, étant donné qu’il détient le background nécessaire pour libérer Pravind Jugnuath de ces responsabilités.
Avec une éventuelle investiture d’un candidat de l’alliance MSM/Muvman Liberater, la partielle de Belle-Rose/Quatre-Bornes pourrait voir une bonne dizaine de candidats s’affronter pour le siège laissé vacant par le leader du Reform Party. Les candidats qui se sont déjà déclarés pêle-mêle et déjà en campagne sur le terrain sont Roshi Bhadain (Reform Party), Kugan Parapen (Rezistans ek Alternativ), Alexandre Barbès-Pougnet, (Ralliement citoyen pour la patrie), Nita Juddoo (MMM), Arvin Boolell (PTr), Dhaneshwar Maraye (PMSD), Pramode Jaddoo (indépendant), Cehl Meeah (FSM), Nitish Joganah (artiste du Grup Latanier) et le dernier en date, Jack Bizlall (Muvman Premye Me).
D’ici le Nomination Day, le nombre de candidats restera sujet à modification avec des retrais en cas d’entente entre les partis dits de gauche pour une candidature unique, comme préconisé par Jack Bizlall, mercredi dernier lors d’un rassemblement à Quatre-Bornes, et la liste pourrait être allongée avec des candidats indépendants animant le folklore électoral. Tout comme Roshi Bhadain avait essuyé un échec après sa demande initiale pour un unique ticket électoral de l’opposition, le projet Bizlall pourrait également avorter.
Sans être accompagné de conseil légal
D’autre part, avec le retour au pays de Paul Lam Shang Leen, il ne fait plus de doute que Pravind Jugnuath devrait être le premier à être entendu à la reprise des auditions de la commission d’enquête sur la drogue. La semaine prochaine ne devrait pas voir de séances, le lundi 4 septembre étant donné comme rendez-vous probable pour le Premier ministre. En marge de cela, ce dernier aurait pris la décision qu’il ira déposer sans être accompagné de conseil légal, même si la demande d’audition avait été formulée formellement par les services de son avoué, Me Sharmila Sonah-Ori.
Cette déposition du Premier ministre pourrait être divisée en au moins trois volets : d’abord répondre aux allégations de financement de trafic de drogue et de financement de la campagne électorale « avek larzan ladrog » portées par le trafiquant Veeren, la présence régulière et insistante de Geanchand Dewdanee, directeur de Brilliant Resources Consulting Ltd, alias Zanfan Lakaz du Sun Trust, et du ressortissant indien, Sibi Thomas, dans son entourage lors de fonctions officielles jusqu’à leur arrestation le 13 mars dernier dans le sillage de la saisie record de 135 kilos d’héroïne dans six compresseurs venant d’Afrique du Sud. Et pour conclure avec sa « détermination de lutter contre les trafiquants de drogue ».
D’autres sources affirment que l’audition de Pravind Jugnauth sera en prélude aux « derniers ténors » à être convoqués par la commission Lam Shang Leen. Parmi, l’on devrait impérativement retrouver le spécialiste présumé de l’opération Devir Lanket, Me Raouf Gulbul, également Chairman de la Gambling Regulatory Authority ; l’ancien ministre Mahen Gpwressoo ; Me Rex Stephen au sujet des Legal Fees de Rs 1,5 M de Peroumal Veeren, aussi bien que Zanfan Lakaz, sans oublier, Me Kailash Trilochun, recordman des Unsolicited Visits à la prison.
Toutefois, le Star Witness-in-Waiting dans les enquêtes sur les 157 kilos d’héroïne d’une valeur de Rs 2,5 milliards, saisis en mars dernier, pourrait ne pas être au rendez-vous de la commission, vu qu’il n’aura pas fini avec ses révélations à l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU). Ce développement ne serait pas pour déplaire aux hommes du Deputy Commissioner of Police Choolun Bhojoo, qui ne voudraient pas voir l’intégrité des exercices engagées jusqu’ici être entamées par des fuites inutiles…