La Gambling Regulatory Authority (GRA) impose au MTC des directives concernant la priorité des partants dans les courses de groupe et une nouvelle limitation pour les jockeys étrangers

Toutes les courses classiques et les épreuves de Groupe 1 devront être courues à poids pour l’âge et les comités d’appel sommés de statuer dans 15 jours

Le Mauritius Turf Club (MTC) a reçu hier en début d’après-midi une missive de la GRA l’informant que sept nouvelles directives devront être ajoutées aux neuf qui ont déjà été implémentées en octobre 2016. Outre les directives 11, 12 et 13, qui prennent effet le 1er juin prochain, les autres sont déjà en vigueur.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette lettre a été reçue comme une douche froide dans les milieux du MTC, qui semblaient détenir des garanties en haut lieu de l’organisme d’État que les tentatives externes d’imposer de nouvelles conditions pour les courses de groupe « n’allaient pas être entretenues ». Il est clair que la saison démarrera dans des conditions très tendues entre la GRA et le MTC alors même que, lors de la conférence de presse de début de saison, le nouveau président du MTC, Kamal Tapooseea, se disait « en faveur » d’une meilleure collaboration avec le PMO.

Des directives taillées sur mesure

Ces directives qui fâchent touchent principalement les courses majeures du calendrier hippique mauricien et sont imposées unilatéralement au MTC sur leur validité dans la configuration actuelle des courses mauriciennes et, en particulier, à ce stade de la saison, où les propriétaires et entraîneurs ont déjà fourni leur artillerie de nouveaux chevaux pour la présente saison. Ce qui est encore plus dérangeant, « c’est qu’ils sont déjà en présence de règles définies » par la Stipe Room du MTC.

Selon des informations obtenues par Le Mauricien, la GRA travaille sur ce dossier « depuis quelques mois ». L’un des membres du board de la GRA a favorablement répondu aux sollicitations d’un groupe de propriétaires pour calquer l’agenda des conditions de courses à leur programme d’acquisition de chevaux de grande valeur. S’il est clair que certaines dispositions de ces nouvelles directives émanent d’un professionnel des courses, il est aussi entendu que d’autres aspects des directives démontrent une méconnaissance totale des coutumes de l’hippisme. La célèbre et « idiote » directive 7, qui impose un champ minimal de six chevaux, démontrait déjà le niveau hippique des membres du board de la GRA, qui avaient par ailleurs été stigmatisés comme étant « incompétents » dans le rapport Parry.

Fini le handicap pour les courses classiques et de Groupe 1

La directive 12 impose que toutes les épreuves classiques et de Groupe 1 seront désormais des courses à poids pour l’âge, quelles que soient la valeur et la quantité des effectifs des différentes écuries. L’ordre de priorité pour courir ces épreuves sera le Merit Rating. Ainsi, la règle jusqu’ici acceptée par tous les entraîneurs à l’effet que chaque établissement pouvait s’assurer d’au moins un partant en priorité dans une course classique disparaît parce qu’un établissement ayant plusieurs chevaux d’un meilleur “rating” aura la priorité absolue pour aligner ses partants. En cas de “rating” identique, priorité sera donnée par tirage au sort. Le risque d’avoir une course avec une ou deux écuries seulement à ce niveau augmente de façon exponentielle.

Par ailleurs, toujours sous la directive 12, le MTC est invité « to introduce an additionnal mandatory condition that every participant has shown aptitude to run the relevant distance for any race run over 2200m or longer ». La directive 13 va même jusqu’à imposer les “ratings minimum” pour toutes les courses de groupes : Groupe 1 (65+), Groupe 2 (60+), Groupe 3 (60), mais accessible aux chevaux d’un “merit rating” de 55 à 59 en cas de manque de partants.

Demande de permission à la GRA

Si ces épreuves de Groupe n’avaient pas suffisamment d’entrées, le MTC devra se rapporter à la GRA pour la marche à suivre deux semaines avant les épreuves prévues, et ce après consultations avec les entraîneurs. Cette application devra être accompagnée de “feedbacks” des entraîneurs, de la liste des partants et de leur “merit rating” ainsi que des chevaux qui pourraient être alignés pour remédier au manque de partants.

Toutes ces courses porteront le label « Protected race » auquel il faudra ajouter les Listed Race, les courses de 50+ et les épreuves qui comptent pour les différents championnats de 3 et 4 ans, des “milers”, des “sprinters” et des “stayers”. Toujours au chapitre des demandes de permission à la GRA figure en bonne place toute évolution de “rules of racing” en cours de saison.

Les jockeys étrangers ne sont pas en reste puisqu’une nouvelle directive leur est adressée. Ils ne pourront pas monter plus de trois ans consécutifs dans notre pays et devront patienter deux ans supplémentaires pour revenir. Il est aussi rappelé qu’un jockey étranger « ne détient pas la nationalité mauricienne » et « n’a pas de passeport mauricien ».