GRAND-BASSIN : « Ne pas perdre de vue l’essentiel » a rappelé Navin Ramgoolam

Kailash Purryag, Anil Baichoo, Navin Ramgoolam et leurs épouses respectives allumant la lampe traditionnelle sous le regard de Somduth Dulthumun

Le Premier ministre Navin Ramgoolam a parlé hier à Grand-Bassin de l’importance de « faire la différence entre les vrais enjeux et les petits détails » concernant la gestion du pays. C’était lors de la cérémonie officielle organisée par la Mauritius Sanatan Dharma Temples Federation dans le cadre de la fête Maha Shivaratree. Faisant allusion aux propos du président de la MSDTF Somduth Dulthumun dénonçant certains articles de presse qui, selon lui, auraient « heurté certaines sensibilités », le chef du gouvernement est d’avis qu’« il faut faire l’éducation des journalistes et leur ouvrir l’esprit ».
Navin Ramgoolam a rappelé hier que le premier pèlerinage à Grand-Bassin a été entrepris par le pandit Gossagne en 1897. Depuis, a poursuivi le Premier ministre, c’est devenu une tradition pour les dévots venant des quatre coins du pays de converger vers le lac sacré.
Parlant du dévoilement des bustes de sir Seewoosagur Ramgoolam et de Basant Rai un peu plus tôt au parc spirituel de la Hindu House, le chef du gouvernement s’est souvenu que c’est son père qui avait pris la décision d’améliorer les infrastructures à Grand-Bassin et d’y construire un temple. La motion, a-t-il soutenu, a été votée lors du Legislative Council pour l’asphaltage des routes menant à ce lieu. « Il est important de rappeler ces faits historiques », a-t-il insisté.
Le Premier ministre a par ailleurs salué le travail accompli par la Task Force présidée par le ministre des Infrastructures publiques Anil Baichoo qui, malgré les grosses pluies et les inondations, a tout mis en œuvre pour que les dévots puissent accomplir leur pèlerinage dans les meilleures conditions. De plus, a-t-il annoncé, la construction de la statue de Durga Maa se trouvant à l’entrée de Grand-Bassin sera achevée à la fin de l’année.
Navin Ramgoolam a tenu à remercier son « frère Dulthumun pour l’organisation du pèlerinage à Grand-Bassin ». « Les dévots de Shiva font beaucoup de sacrifices… Ils viennent ici avec beaucoup de bhakti et de shakti pour purifier leur cœur. Pena distinction ant bann devo. Zot tou pareil isi ! », a-t-il ajouté tout en saluant la présence du président de la République Kailash Purryag, car « auparavant ce n’était pas le cas », et de plusieurs dévots venant de Toronto.
Le Premier ministre a aussi mis l’accent sur l’importance de la prière, de même que sa compréhension. Shiva, a-t-il déclaré, prônait l’unité, la justice, le partage, la simplicité et ne faisait aucune distinction entre les humains. « Il méditait et avait avalé du poison pour sauver l’humanité. L’unité nationale fait avancer le pays ». Parlant des textes sacrés de l’hindouisme, il a fait mention de la nécessité de parfois placer les principes avant le pouvoir.
Navin Ramgoolam a souligné que la vie est un combat de tous les temps et « pa kapav repose dan lavi ». Il a raconté une anecdote où son père lui avait dit « to pa repose kan to vivan. Se kan to mor ki to repose ». Il a ensuite fait mention de deux récipiendaires du Prix Nobel d’économie qui avaient prédit un avenir sombre pour le pays, qui est aujourd’hui un exemple pour le monde. Le PM a aussi annoncé que le président de l’Inde Pranab Mukherjee, le chief guest des célébrations de la Fête nationale, se rendra le 13 mars à Grand-Bois.
De son côté, Anil Baichoo a soutenu que « la religion et la politique sont indissociables ». « Je mets au défi quiconque de prouver le contraire », a lancé le ministre. Il a rappelé les sacrifices consentis par « nos ancêtres » pour la revalorisation de la culture hindoue et le rôle crucial joué par SSR pour celle de la culture. « C’est grâce à ses efforts que nous avons le respect que nous méritons aujourd’hui. »
Le ministre a aussi soutenu que sans l’aval du Premier ministre, les développements à Grand-Bassin n’auraient pas été possibles. Ce lieu, a-t-il déclaré, appartient à tout le monde, à toutes les cultures et religions.
De son côté, Somduth Dulthumun s’est montré très critique envers « une section de la presse », disant ne pas apprécier « le harcèlement » de certains titres. Il a lancé un appel pour la revalorisation des valeurs ancestrales.
T.P. Seetaram, haut-commissaire de l’Inde à Maurice, s’est pour sa part appesanti sur l’importance de célébrer la Maha Shivaratree. Le Premier ministre a ensuite procédé au lancement d’un magazine souvenir sur la Maha Shivaratree 2013. Le public a par ailleurs pu assister à un spectacle donné par les sociétaires du Centre culturel Indira Gandhi, le Mahatma Gandhi Institute et une troupe venant de l’Inde.