Photo illustration Gris-Gris

Manirama Appadoo, âgée de 65 ans, a pris sa retraite il y a cinq ans après avoir travaillé comme laboureur pendant plus 30 ans dans l’établissement sucrier à Union Ducray St-Aubin. Depuis deux ans, elle est la présidente de la Gris-Gris Senior Citizen Association (GSCA), qui existe depuis plus d’une vingtaine d’années et qui compte plus de 80 membres, dont la majorité sont des femmes.

La sexagénaire, avec le soutien de Babita Ramgoolam, le Community Support Officer (CSO) du centre communautaire de Gris-Gris, n’a pas lésiné sur les moyens pour célébrer les 50 ans de l’indépendance de Maurice. Les deux femmes ont organisé le 10 mars une série d’activités les unes plus intéressantes que les autres dans le centre communautaire du village de Gris-Gris. Il y a eu un salon culinaire, où les membres ont exposé des gâteaux d’antan et ont fait découvrir les recettes, qui autrefois étaient très célèbres. Elles ont, entre autres, préparé des gâteaux qui connaissaient un franc succès dans les mariages et des cérémonies religieuses. « Nous avons préparé des gâteaux à base de riz, de grain sec et de maïs. Il y avait le gâteau “badamier” de même que le gâteau “ounde” à base de farine grillée qu’on peut déguster avec un bon thé », dit la présidente de GSCA.

Reddy Luchmee, elle, regrette que les jeunes « ne s’intéressent plus » aux recettes d’antan. « Cela aurait été une bonne idée si des jeunes pouvaient puiser dans ces recettes pour faire du business. Zot rod tou fasilite aster, zot pa le donn depenn. Zot ti kapav gagn zot lavi fasilman olie trouv bann mwayin pli fasil pou gagn larzan », dit-elle.
Outre les tournois de dominos, de scrabble et de quiz, les organisatrices ont aussi organisé un jeu d’antan qui était très connu, à savoir le “triy diri ek lanti ansam dan enn pla”. Babita, un des membres, nous explique que ce jeu vise à créer une bonne ambiance et à inciter les participantes à se mesurer à d’autres femmes beaucoup plus expérimentées dans ce domaine. « Bann partisipan ek bann linvite ti bien amize ek sa zwe-la », raconte la CSO.

Premah Nursiah, âgée d’une soixantaine d’années et membre de la GGSCA, vient, elle, chaque semaine s’initier au cours de yoga. Elle a été très active lors du dernier salon culinaire organisé par le centre communautaire. « Nu fer Yoga ek lezot aktivite fizik pou gard laform. Nu konsey bann zenes fer kouma nu pu zot pa pran move sime », dit-elle.

S’il y a un événement que les membres de la GSCA se rappellent encore, c’est bien le concours de beauté qui avait été organisé par le centre communautaire de St-Aubin en décembre dernier et où Françoise Deina, membre de l’association, avait remporté le premier prix. « On avait beaucoup misé sur elle car c’est une femme qui a beaucoup de talents. On l’avait bien préparée. Elle a fait la fierté du village en remportant cette compétition », explique Babita Ramgoolam. Ces activités qu’organisent ces personnes du troisième âge, explique-t-elle, leur ont permis d’échanger et de tisser des liens solides. « Aujourd’hui, les soins médicaux seulement ne peuvent pas suffire à aider les personnes âgées. Celles-ci ont aussi besoin d’un encadrement psychologique et social pour leur épanouissement. C’est pour cela que nous accordons beaucoup d’importance aux jeux collectifs, un moyen amusant et agréable pour les valoriser à travers des compétitions saines et pour plus de chaleur humaine », dit-elle. La GSCA souligne que Manirama Appadoo ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. « Nu pe prepar bann lezot sirpriz pu bann vilazwa ! »