Résultat opérationnel ajusté en hausse de 19% à Rs 1,3 milliard

Le chiffre d’affaires du groupe CIEL Limited pour l’exercice au 30 juin  a progressé de 7% pour atteindre Rs 24,21 milliards (contre Rs 22,61 milliards en 2018) et le résultat ajusté avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements (EBITDA) a enregistré une hausse à deux chiffres de 17% et s’établit à Rs 3,44 milliards (2018 : Rs 2,95 milliards). En conséquence, la marge d’EBITDA est de 14,2%, soit un gain de 1,1 point par rapport à l’exercice précédent. Le résultat net normalisé du groupe se monte, pour sa part, à Rs 1,30 milliard, soit une augmentation de 19% par rapport à l’année précédente.

Le groupe a cependant enregistré une perte nette de Rs 1,19 milliard, contre un bénéfice net de Rs 1,09 milliard au 30 juin 2018, suite à un exercice de revalorisation de certains de ses actifs. Commentant ces résultats, Jean-Pierre Dalais, Group Chief Executive de CIEL, qui avait à ses côtés, Jérôme de Chasteauneuf, directeur financier, a déclaré : « nos résultats montrent une bonne progression opérationnelle de la plupart de nos secteurs d’activité. Le pôle Textile en particulier réalise une performance solide et nos activités bancaires continuent également d’afficher une belle profitabilité. En ce qui concerne le pôle Santé, les activités mauriciennes de C-Care se développent dans la bonne direction. Cependant, nos résultats sont affectés par une revalorisation de certains de nos actifs, notamment au niveau de SUN et d’ALTEO, qui pèsent de manière significative sur notre rentabilité cette année. Nous sommes confiants des perspectives du groupe au vu de ses bons résultats opérationnels et de la croissance saine de notre EBITDA. Les efforts entrepris en matière d’excellence opérationnelle et de gestion des coûts portent leurs fruits et nous allons poursuivre dans cette voie pour accroître la profitabilité du groupe. »

Les résultats de CIEL s’appuient sur la performance de ses différents pôles d’activités.

TEXTILE

Le pôle Textile affiche des résultats positifs avec une hausse de 43% grâce à une très bonne performance du segment « chemises » (Aquarelle) qui peut compter sur le positionnement efficace de ses opérations indiennes et régionales (Maurice et Madagascar), lesquelles dépassent constamment les attentes de leurs clients. Le segment « T-shirts » (Tropic Knits) a enregistré une meilleure performance en Inde alors que les opérations régionales (Maurice et Madagascar) affichent des résultats légèrement en retrait.

Le segment « Pulls » (Floréal) a montré des signes de progrès grâce à la nette amélioration de l’unité de production de fils de laine basée, Ferney Spinning Mills, et des bons résultats de l’unité de production au Bangladesh.

HÔTELLERIE

En ce qui concerne le pôle Hotels & Resorts, SUN Limited (SUN) a enregistré une croissance de 5% de son taux journalier moyen dans un marché touristique difficile alors que son taux d’occupation affiche une légère baisse de 3,6 %, principalement due aux travaux de rénovation entrepris à l’hôtel Sugar Beach Resort (Maurice) au cours de la période. Le résultat net ajusté de SUN s’inscrit cependant en repli de 14% par rapport à l’exercice précédent.

Les résultats du pôle Finance sont comparables à ceux de l’année précédente grâce à la solide performance de ses activités bancaires, à savoir BNI Madagascar et Bank One, et ce malgré la dépréciation exceptionnelle d’un prêt étranger non performant comptabilisé par Bank One.

SANTÉ

La performance opérationnelle du pôle Santé s’est considérablement améliorée par rapport à l’année précédente, reflétant des taux d’occupation plus élevés à l’hôpital Wellkin et à la clinique Darné et des synergies accrues entre les deux hôpitaux de Maurice. L’environnement commercial en Ouganda et au Nigeria a toutefois pesé sur les résultats du pôle.

Agro & Immobilier

Les résultats du pôle Agro & Immobilier, composés principalement des activités de l’entité associée, Alteo Ltd (Alteo), et de la filiale Ferney Ltd (Ferney), ont été relativement stables malgré les conditions de marché difficiles prévalant dans le secteur sucrier à Maurice. L’amélioration des performances des activités d’Alteo en Afrique de l’Est et les ventes de son pôle Immobilier ont cependant permis d’atténuer quelque peu l’impact négatif de la baisse des prix du sucre à Maurice.

Ferney a bénéficié d’une progression de ses résultats grâce à la vente de terrains annexes. CIEL reste concentré sur la croissance de son EBITDA, le contrôle des coûts et l’allocation optimale du capital au sein de ses différents pôles afin de renforcer sa génération de “cash-flow” et accroître la profitabilité du groupe. L’action d’Alteo qui était de Rs 25 est passée à Rs 18,80. Cela s’explique par le fait que l’industrie sucrière est en train de passer par des moments difficiles. Heureusement, Alteo ne se spécialise pas uniquement dans les activités cannières, le projet IRS d’Anahita a très bien fait. Ce qui a minimisé l’impact et les résultats des opérations internationales. « On met aussi l’accent sur les terres mécanisées. Nous allons mener une politique agressive de vente de terres pour subvenir aux besoins d’Alteo dans son “core” business. Il faut aussi s’assurer que les opérations en Tanzanie et au Kenya marchent bien car les opérations mauriciennes sont déficitaires. Alteo a aussi identifié des “non core lands” à Mapou et Rivière-du-Rempart. Le but est de réduire le coût de production », a déclaré le directeur financier

Il est à noter que CIEL est un groupe diversifié mauricien, présent dans cinq secteurs distincts (Agro & immobilier, Textile, Hotels & Resorts, Services Financiers et Santé) et plus de 15 pays en Afrique et en Asie. Le groupe emploie 35 000 collaborateurs pour un chiffre d’affaires de 24,2 milliards de roupies au 30 juin 2019. Depuis ses débuts dans le secteur de l’agriculture en 1912, le groupe n’a cessé d’explorer de nouvelles voies de développement dans les principaux secteurs de l’économie mauricienne et d’accentuer son expansion à l’international.