L’éxecutif de la Fédération mauricienne d’haltérophilie compte de réunir d’urgence demain pour décider de la marche à suivre, d’une part pour passer en revue le bilan de l’année écoulée et de l’autre analyser les circonstances autour de l’accident tragique survenu jeudi dernier à Midlands dans l’après-midi de la Saint-Sylvestre et ayant coûter la vie au jeune haltérophile, Ivan Pierrot, 19 ans.  
C’est ce que nous a déclaré ce matin, le président de la fédération mauricienne d’haltérophilie, Poorun Bhollah. Ebranlés par la soudaine disparition de ce jeune à qui un bel avenir était promis, les membres de la  fédération mauricienne préfèrent attendre le retour au pays du ministre de la Jeunesse et des Sports, Yogida Sawmynaden, dimanche d’Afrique du Sud pour décider des projets qu’ils envisagent pour 2016 et de l’avenir de leur fédération. « Nous avons déjà déposé un dossier y relatif au MJS. Il comporte un important volet de formation et donc d’investissement avec le concours des partenaires », avance malgré tout Poorun Bhollah toujours en état de choc au sujet de la mort d’Ivan Pierrot.
Selon des indications, celui-ci revenait d’une petite fête tenue à Floréal avec d’autres amis haltérophiles. Il rentrait chez lui seul en voiture à bord de sa MItsubishi quand l’accident s’est produit à hauteur de Midlands. Si la police devrait faire la lumière sur les circonstances exactes autour de cet accident, la fédaration mauricienne compte elle aussi mener son enquête à d’autres niveaux pour découvrir la vérité. Car il nous revient que ce cas d’accident mortel pourrait être lié à d’autres faits… Quoi qu’il en soit, la fédération mauricienne compte ressembler toutes les preuves  avant de se prononcer, car souligne Poorun Bhollah, « nous avons aussi la responsabilité de veiller à ce que les athlètes de haut niveau aient un comportement exemplaire. Mais nous savons aussi que ce petit groupe d’athlètes avait décidé de prendre ensemble une collation jusqu’à 13 h ce jour là, après une longue saison marquée par leur réussite. Ils voulaient se retrouver ensemble avant de recommencer une nouvelle saison. Nous attendons donc le rapport de la police.» Le Directeur technique national, le Roumain Urdas Constantin, était lui aussi invité à cette collation. Il serait parti vers 13 h. L’entraîneur national adjoint, Gino Souprayen, ne s’y était lui pas rendu quoiqu’ étant invité.
Les obsèques d’Ivan Pierrot ont eu lieu le premier jour de l’an, soit vendredi dernier en présence des membres de sa famille, de sportifs et d’athlètes qui l’ont cotôyé, et de nombreux amis du petit village de Rivière des Créoles, Mahébourg d’où il est originaire.
Ivan Pierrot était considéré comme une véritable force de la nature. Puissant leveur, ce colosse concourrait chez les lourds en 105 kg, une catégorie où Maurice pouvait effectivement nourrir de très grandes ambitions grâce à ce jeune bourré d’énergie, de talent et de détermination. Triple médaillé d’or aux derniers Jeux de Iles, Ivan Pierrot avait aussi décroché deux médailles de bronze en septembre au Jeux d’Afrique et trois médailles d’or en octobre chez les juniors et deux d’argent chez les seniors aux Championnats du Commonwealth à Pune, Inde. « On avait de très grands projets pour lui. On a perdu vraiment un très grand athlète qui sera difficilement remplaçable d’autant plus dans une catégorie où Maurice avait été toujours très peu représenté. On a eu Ivan Pierrot et on l’a perdu aussitôt. Il aurait sans doute eu son mots à dire lors des mondiaux juniors prévus fin juin début juillet de cette nouvelle année en Georgie. Sa mort laisse un grand vide », ne peut que regretter Poorun Bhollah. « C’est pas facile…C’est la premier fois qu’un athlète atteint un tel niveau dans cette catégorie. Sa famille est effondrée », lance pour sa part Gino Souprayen accablé.  
La rédaction sportive du Mauricien présente ses condoléances les plus émues à la famille et à l’entourage d’Ivan Pierrot.