Il se pourrait que la leveuse mauricienne, Roilya Ranaivosoa, triple médaillée d’argent en 53 kg, soit couronnée championne des Jeux d’Afrique, si les soupçons de dopage qui pèsent sur la Nigériane Elizabeth Onuah s’avèrent. Médaillée d’or du concours, celle-ci aurait subi un contrôle antidopage positif lors de cette compétition tenue du 4 au 19 septembre au Congo-Brazzaville.
Pour l’heure, la Fédération mauricienne d’haltérophilie attend toujours de recevoir une correspondance officielle dans ce sens de l’Instance internationale, bien qu’elle se dise être officieusement au courant de ce cas « depuis quelque temps déjà », nous a déclaré le président Poorun Bhollah. « Nous n’avons à ce jour reçu aucune indication de la fédération internationale. Donc nous attendons de voir les choses se préciser pour agir en conséquence. »
C’est donc plus de trois mois après l’événement que ces soupçons sont révélés. Mais il se trouve que l’International Weight Lifting Federation (IWF) n’aurait pas encore officialisé le cas. Par contre, du côté du ministère de la Jeunesse et des Sports, on indique d’en avoir pris connaissance depuis environ deux semaines, mais que le résultat du contrôle n’aurait pas encore été avalisé et que c’est juste une question de procédure.
C’est agence mondiale antidopage qui effectue les contrôles durant et hors compétitions. En cas de test positif, la fédération internationale concernée est alors prévenue ainsi que le comité d’organisation de l’événement et toute autre instance et pays concernés et signataires de la convention de l’Agence mondiale antidopage, dont le ministère des Sports, entre autres.
Notons que le sportif trouvé coupable de dopage à 21 jours de délai à partir de la date de la révélation du cas pour réclamer la contre-expertise. Mais la suspension prend effet à partir de la date où le contrôle a été effectué.
Une fois que le comité d’organisation de l’événement est mis en présence d’un cas positif, elle doit revoir les résultats de la compétition en question et procéder à une destitution et au reclassement des médaillés.
Selon nos indications, les procédures à ce niveau peuvent aboutir rapidement ou sinon l’année prochaine, par exemple, à l’occasion des Championnats d’Afrique initialement prévus en mai en Ougada. Mais après le désistement de ce pays, le Cameroun et l’Égypte se sont positionnés. Mais Maurice compte elle aussi se mêler à la bataille pour l’attribution de l’événement d’autant que celui-ci comptera pour la qualification olympique de Rio 2016, contrairement aux derniers Jeux d’Afrique.