Onze athlètes handisportifs, issus de la Visually, Mentally et de la Physically Handicapped Persons Sports Federation sont actuellement à Dubaï, participent aux championnats du monde para-athlétisme qui ont débuté la semaine dernière et qui s’achèvent demain. Jusqu’à présent, aucun podium n’a encore été réalisé par nos compatriotes, dont certains sont en quête d’une participation aux Jeux Paralympiques de Tokyo 2020. Toutefois plusieurs athlètes ont amélioré leurs performances personnelles ainsi que des records nationaux, selon Jean Marie Bhugeerathee, entraîneur du club Magic.

Du côté des athlètes physiques, Roberto Michel a disputé les 400 m dans la catégorie T34 vendredi dernier. Il a pris la 6e place lors de la demi-finale avec un chrono de 57 » 22. Avec cette performance, il réalise par la même occasion un record national en masculin. Du côté des filles, toujours pour les épreuves de courses, Noemi Alphonse a pris la 5e place en demi-finale du 100 m en fauteuil T54 avec un chrono de 17’’06. En ce qui concerne le saut en longueur féminin, Anaïs Angeline a pris la 7e place avec une performance de 4,15 m dans la catégorie T37. Elle a battu le record de Maurice sur cette épreuve, l’ancienne marque étant de 3,77m.

En ce qui concerne les athlètes visuels, Anndora Asaun a établi un nouveau record pour Maurice lors de l’épreuve des 100 m, dans la catégorie T11. En compagnie de son guide, Loic Bhugeerathee, elle a réalisé une performance de 14’’01. L’ancien record national sur cette épreuve est de 14’’56.

« Nous n’avons fait aucun podium mais plusieurs performances ont été améliorées et de nouveaux records nationaux sont tombés. Les athlètes sont dans une bonne condition physique et mentale, ils ne se laissent pas intimider. Une compétition d’un tel niveau ne peut que leur faire du bien. Pour cette rencontre les pays les plus redoutables sont La Chine et les Etats Unis d’Amérique. Je suis certain que Maurice aura un champion du monde dans cette compétition à l’avenir », soutient Jean Marie Bhugeerathee.

Il est à noter que la plupart des athlètes du club Magic ont déjà réalisé les minima en vue des prochains Jeux Paralympiques de Tokyo 2020, dans les trois types de handicap confondus.