HANS BERTY MARGUERITE, nouveau maire de Curepipe : Le métro donnera un nouveau visage à Curepipe

Hans Berty Marguerite, qui en était à son deuxième mandat comme conseiller à Curepipe, a été élu maire de la ville jeudi pour la période 2017-2019. Ce dernier se dit convaincu que le « métro express donnera un nouveau visage à la ville » de Curepipe.

Vous avez accueilli votre élection comme maire avec beaucoup d'émotion. Est-ce parce que votre élection est l'aboutissement de votre engagement au niveau de la ville ?
Je ne parlerai pas d'émotion ou de tristesse, mais d'espoir. Beaucoup de personnes ont placé leur espoir en moi. Ils attendent beaucoup de moi, surtout les jeunes de la cité, les citadins de Curepipe. Nous voulons donner une nouvelle vigueur à notre ville, que ce soit en matière économique ou en matière sociale, et, surtout, dans notre combat contre la drogue.

Comment expliquez-vous que l'adjointe au maire que vous avez proposée, Toorawtee Gokool, ait été battue par un candidat du PMSD ?
C'est une décision démocratique. Les collègues m'ont soutenu à l'unanimité. Je les en remercie, que ce soit les conseillers de la majorité ou de l'opposition. Ma collègue n'a pas été élue. Quelquefois, les conseillers ont leur mot à dire. Peut-être qu'ils se sont concertés auparavant. Quant à moi, je serai un rassembleur pour l'équipe de Curepipe.

Plusieurs conseillers ont fait comprendre qu'ils placeraient l'intérêt de la ville au-dessus de celui de leur parti. Cela se vérifie-t-il ?
C'est vrai dans les faits. Nous avons remarqué que les uns et les autres se concentrent sur leur travail et sur ce qui peut être fait pour la ville et pour les plus démunis. Je voudrais me faire le porte-parole de cette catégorie de personnes démunies. Il y en a beaucoup à Curepipe. En les aidant, nous apporterons une grande contribution au développement de la ville.

Vous êtes vous-même très actif sur le plan social au niveau de Résidence Mangalkhan et vous êtes aujourd'hui maire de Curepipe. On peut donc dire que « dans Mangalkhan ena talan »...
Permettez-moi de remercier Pravind Jugnauth d'avoir choisi deux enfants des cités, soit Daniel Laurent de Cité Briquetterie et moi, de Cité Mangalkhan, pour être les premiers magistrats de deux grandes villes. Mangalkhan dispose de beaucoup de talents. Aujourd'hui, je voudrais transmettre un message d'espoir à tous les « zenfan site ». Vivre dans les cités a toujours été synonyme d'une vie très dure. Si nous avons tant progressé au niveau social, c'est parce que nous avons travaillé très dur. Nous voulons essayer de mobiliser tous les jeunes afin de faire de ces agglomérations des endroits où il fait bon vivre. En matière de talents, Mangalkhan a produit de grands champions, que ce soit au niveau de l'athlétisme, comme Stephan Buckland, ou de la boxe. Plusieurs adjoints au maire ont été des résidents de Mangalkhan. Pour la première fois, nous avons un maire. C'est un honneur et je suis certain que je ne serai pas le dernier. Il y a également des conseillers. Je voudrais aussi saluer le travail abattu par Vent d'un Rêve, qui fait un travail formidable au niveau de la cité. Cela nous fait chaud au coeur de voir les progrès accomplis par nos jeunes de la région, même si nous n'avons pas beaucoup de loisirs.

Les jeunes des autres cités de Curepipe placent beaucoup d'espoir en vous tenant compte de votre expérience dans la région de Mangalkhan...
C'est vrai. Je reconnais qu'il y a 20 ans, la ville était beaucoup plus animée. Or, beaucoup de personnes ne peuvent se payer le luxe d'aller dans les grands centres commerciaux, au Caudan ou à La Croisette. Aujourd'hui, ces personnes veulent que Curepipe retrouve sa vie d'autrefois, avec des activités qui duraient jusqu'à 22h ou 23h. Nous voudrions recréer cet esprit de famille que nous avons délaissé. Nous voulons que les Curepipiens reviennent dans le jardin d'enfants de la ville en toute sécurité. Nous comptons d'ailleurs installer des caméras dans toutes les zones stratégiques afin d'assurer que les citadins puissent évoluer en toute sécurité et nous aiderons la police à faire son travail. Nous installerons aussi des zones Wifi dans plusieurs endroits de la ville.

Beaucoup de personnes pensent que Curepipe, la Ville Lumière, est « en retard » par rapport aux autres villes du pays. Qu'en pensez-vous ?
Je voudrais rappeler que, ces dernières années, nous avons vu la réalisation de plusieurs gros projets immobiliers, dont Kalachand. Prisunic s'est agrandi et d'autres bâtiments ont été construits. Ce qui fait qu'on ne peut pas trop parler de retard sur le plan infrastructurel. En revanche, nous sommes en retard sur le plan culturel. De même, j'envisage de revoir le budget prévu au niveau du bien-être social de manière à attirer d'avantage de gens vers Curepipe. Nous avons constaté que la ville a été délaissée au niveau du shopping ou des restaurants. Nous voulons relancer le commerce et redonner son lustre d'antan à Curepipe. L'année dernière, le gouvernement a exempté beaucoup de petits business, comme les coiffeurs ou les petits commerces, qui ne paient plus de permis d'opération. Nous comptons créer un comptoir spécial afin que les petits commerçants puissent avoir leur permis d'opération le plus rapidement possible.

On entend parler d'Urban Regeneration. Le ministre Nando Bodha, lui, parle de Smart City à Port-Louis. Y a-t-il un Urban Regeneration Programme ou un Master Plan pour le développement de Curepipe ?
Un Master Plan a déjà été réalisé pour Curepipe et sur lequel nous sommes tous d'accord. Nous entrons dans une ère de modernisation et il nous faut envisager des Public and Private Partnership (PPP) avec le secteur privé. Je compte appeler une table ronde avec des représentants du secteur privé afin de nous pencher sur le métro express, qui apportera beaucoup d'activités et donnera un nouveau visage à Curepipe. Il ne faut pas oublier que le métro doit démarrer à Curepipe, qui deviendra un centre de transit pour les passagers. Le plan est déjà prêt. Nous attendons certaines informations du ministre Bodha. Je le rencontrerai pour voir comment aller de l'avant avec nos projets.

Où en sommes-nous avec le Forum, qui a été démoli ?
Nous garderons le Forum au même endroit, où les gens sont habitués. Nous envisageons de le reconstruire en béton, ce qui devrait nous permettre d'inclure plusieurs choses à cet endroit.

Ce sera un centre commercial ?
Non, pas un centre commercial. Toutefois, nous voudrions rendre cet endroit plus attractif. Nous avons déjà discuté avec la NTA afin qu'il y ait des bus à cet endroit. Le budget pour ce projet a déjà été adopté. Un budget a aussi été agréé pour l'hôtel de ville et pour la construction d'un bloc administratif, qui devrait être construit à l'arrière de la bibliothèque Carnegie. Cela évitera la dispersion de notre personnel et devrait nous permettre d'améliorer nos services. Il y aura également une nouvelle salle du conseil. Nous envisageons également d'améliorer le garage. Nous avons fait l'acquisition d'un “roler” neuf. Nous comptons moderniser le service d'asphaltage avec l'arrivée d'une machine moderne.

On a parlé de la rénovation ou de la réparation de l'hôtel de ville. Mais est-ce que cela en vaut vraiment la peine ? Ne faudrait-il pas plutôt songer à la construction d'un autre bâtiment ?
Oui avec un grand « O ». Ce bâtiment est un patrimoine national. Il y a 20 ans, je me suis marié là-bas et j'en étais fier. Je ne peux jeter un tel patrimoine à l'eau, même si cela nous coûte très cher. C'est notre devoir de maintenir les édifices, qui appartiennent au patrimoine, en bon état. C'est un endroit de rencontre familiale, de célébrations et de commémoration.

Mais ne vient-on pas de le réparer ?
Je ne peux pas dire ça. On avait « colmaté ». On n'avait pas les finances nécessaires pour le réparer. Cette fois, nous avons adopté un budget auquel le gouvernement a apporté sa contribution afin de réparer et entretenir le bâtiment. Nous travaillerons en étroite collaboration avec SOS Patrimoine. Nous appellerons une réunion avec le Fund Heritage afin de voter un budget consacré à l'entretien du bâtiment. Je fais appel à tous les architectes qui ont pris leur retraite à Curepipe afin de venir m'aider à revaloriser les édifices historiques de Curepipe. Leurs conseils seront les bienvenus.

Que comptez-vous faire pour attirer les touristes à Curepipe, comme vous le souhaitez vous-même ?
Nous avons trois sites touristiques très importants à Curepipe. Je voudrais, avec l'aide de la MTPA, organiser une activité annuelle dans la ville. À Trou-aux-Cerfs, nous venons de construire un parking. Il y a le jardin botanique de Curepipe et le jardin Paul et Virginie. Il y a également la bibliothèque Carnegie qui, au fil des années, s'est avérée très utile pour les étudiants, dont des lauréats. Cette bibliothèque devrait faire partie du patrimoine national. Je compte rencontrer les tour-opérateurs bientôt.

Que comptez-vous faire pour combler les lacunes au niveau culturel ?
À Cité Mangalkhan, Vent d'un Rêve a fait quelque chose d'extraordinaire. C'est un exemple que nous voulons répliquer dans toutes les régions et quartiers de la ville. La culture, ce n'est pas les grandes salles théâtrales, etc. Nous voulons apporter la culture et la musique vers les gens dans les cités et quartiers. Nous souhaitons avoir la collaboration de toutes les sociétés culturelles à Curepipe pour mener à bien ce projet. Chaque fête culturelle sera célébrée en grande pompe dans la cour de l'hôtel de ville. Le ministre des Administrations régionales, Mahen Jugroo, a promis de nous aider.

Que proposez-vous de particulier pour les jeunes ?
J'ambitionne de créer un conseil des jeunes, où ils pourront faire entendre leur voix, partager leur vision de Curepipe et exprimer leurs appréhensions au niveau de la ville. Je compte les rencontrer une fois par mois pour les écouter.

Où se situera la piscine, dont la construction est annoncée dans le budget ?
Je remercie le ministre Stéphane Toussaint pour ce projet, qui permettra aux enfants les plus démunis et à tous les citadins d'apprendre à nager et de pratiquer la natation comme loisir. Je ne sais pas encore où elle sera construite car c'est le ministre qui doit faire une annonce dans ce sens.

Votre rêve pour Curepipe ?
Mon rêve s'est réalisé en devenant maire. Je voudrais maintenant faire revivre tous les centres municipaux à travers la ville et y installer des téléviseurs et autres aménités afin que cela devienne un lieu de rencontre et de distractions pour chaque citadin.