Soutenant le projet de création d’une Harm Reduction Unit au ministère de la Santé, le député Sudesh Rughoobur du MSM a affirmé que la Natresa a lamentablement failli à sa tâche. Il lance un appel au commissaire de police non seulement pour que l’ADSU soit bien équipée mais aussi pour que chaque district du pays ait sa propre Drug Prevention And Monitoring Unit, qui travaillerait en étroite collaboration avec les collectivités locales en vue d’encourager tout le monde à s’impliquer dans cette lutte contre la drogue. Il intervenait hier au Parlement dans le cadre des débats sur la création de la HRU et la fermeture de la Natresa.
Sudesh Rughoobur affirme qu’il y a un besoin urgent de lutter contre la drogue dans le pays à plus forte raison que « it appears that during the last decade, there has not been much progress » dans le cadre de ce combat. Citant un rapport de 2004 préparé par le United Nation’s Office on Drugs and Crime (UNODC) sur ce fléau à Maurice, il affirme que la Natresa a failli lamentablement à sa tâche. « Natresa was entrusted with a series of responsibilities eventually for the smooth implementation of a series of recommendations on prevention and rehabilitation and it is very unfortunate that it failed lamentaly in addressing them ». Il note que toutes les mesures préconisées dans ce rapport, qu’elles soient répressives ou préventives, ont été complètement ignorées. Il suggère que la nouvelle Harm Reduction Unit en prenne connaissance et mette à exécution celles qui pourront encore l’être.
Sudesh Rughoobur se dit confiant que la nouvelle structure réussira dans sa tâche et estime qu’une collaboration étroite avec les collectivités locales serait bienvenue. Il souligne que dans sa circonscription, un comité travaillant en étroite collaboration avec le Conseil de district de Rivière-du-Rempart et comprenant la police, les ONG, les organisations de jeunes, entre autres, a été mis en place pour développer une stratégie de lutte contre la prolifération des drogues synthétiques dans des régions spécifiques dans le nord. Il invite le ministère de la Santé et de la Qualité de la vie à participer à cette initiative. Il souhaite aussi qu’il y ait une unité au niveau de la PSSA et du ministère de l’Éducation pour développer des programmes de sensibilisation à partir du préprimaire. Le député a eu une pensée spéciale à l’intention de tous ceux engagés dans la lutte contre la toxicomanie.