Lors de la visite officielle du président de la République malgache, Hery Rajaonarimampianina, à Maurice, à l’occasion de la célébration de la fête de l’indépendance, ce dernier a été convié par le ministre de l’Énergie et des Services publics Ivan Collendavelloo à un dîner samedi au restaurant Opium, à Trianon. L’heure était aux réjouissances et l’occasion pour l’assistance, comprenant des ministres de l’Alliance Lepep, de s’entretenir avec l’invité d’honneur.
Le président malgache, invité à faire un discours à cette occasion, a tenu à souhaiter une bonne fête nationale à tous les Mauriciens : « Félicitations pour avoir gagné le pari de l’indépendance. L’indépendance libère un pays, mais aide aussi à libérer nos énergies, nos créativités et nos valeurs. » De plus, il n’a pas manqué de féliciter le secteur privé mauricien, « qui est d’une vitalité et qui gagnera encore plus dans le futur ». Hery Rajaonarimampianina a, dans un deuxième temps, réclamé une cohésion entre les deux pays afin de mener à bien les projets. « Pour gagner davantage, faisons le chemin ensemble, donnons-nous la main pour des projets communs où nous partagerons nos points de vue, mais aussi nos principes. Je suis convaincu qu’au niveau de nos deux pays, l’amitié se renforcera et nous verrons, grâce à elle, des jours meilleurs. Beaucoup de choses nous rapprochent et nos liens sont profonds et difficiles à détruire. »
Ivan Collendavelloo, pour sa part, n’a pas manqué de saluer la « relation sereine, humaine, stable et empreinte de fraternité entre les deux pays », n’oubliant pas de saluer les ressortissants malgaches, qui ont élu domicile à Maurice pour le travail, mais aussi pour le mariage. « Les Malgaches ont grandement contribué à l’économie de notre pays. Ils ont apporté leur charme, leur culture ainsi que l’histoire de leur pays avec eux. Ils se sont facilement intégrés au sein du peuple mauricien. » Sur un ton plus sérieux, il a évoqué les fléaux qui gangrènent les deux pays. « Nos deux pays ont hérité de régimes corrompus, qui ont placé leurs envies personnelles au-dessus du bien national. Désormais, nous irons dans la même direction pour lutter contre la pauvreté et la croissance économique, de même qu’instaurer une politique stable et fiable. Nos deux gouvernements considèrent que l’approfondissement de la démocratie est important pour la lutte contre la corruption et la fraude économique. » Ivan Collendavelloo s’est aussi appesanti sur un protocole d’accord entre les deux pays pour « tirer un profit mutuel de l’agriculture malgache ».