HIGH-TECH:Steve Jobs a gagné, Adobe tue Flash mobile

Sur tablette et smartphone, l'entreprise va se concentrer sur le HTML5...

Quelque part six pieds sous terre à Palo Alto, Steve Jobs a le sourire. Mercredi, Adobe a annoncé l'arrêt du développement de Flash Player pour les navigateurs mobiles. La fin d'un long bras de fer, qui pose même des questions sur l'avenir de la technologie sur PC.
Dans un post sur son blog officiel, Adobe dit vouloir contribuer «plus agressivement au HTML5». Pour ceux qui ont raté un épisode, le HTML5 est la dernière mise à jour du langage du Web. Elle permet aux développeurs de réaliser la plupart de ce que Flash faisait (vidéo, animations, contenus interactifs), mais avec des standards ouverts, sans dépendre d'une technologie propriétaire.
«HTML5 est maintenant supporté par tous les principaux appareils mobiles, dans certains cas exclusivement», explique Adobe, faisant référence à iOS. «Cela fait du HTML5 la meilleur solution pour créer et déployer des contenus dans les navigateurs à travers les plateformes mobiles.»
 
Microsoft avait renoncé à Flash mobile
Steve Jobs a toujours refusé d'ouvrir la porte de son jardin à Adobe. Les deux partis ont échangé des scuds pendant plusieurs années, déclenchant des débats passionnés entre technophiles. En avril 2010, Steve Jobs prenait même sa plume pour expliquer que Flash était «fermé, pas stable, mauvais pour les batteries et pas adapté au tactile».
Dans l'absolu, il n'avait pas tort. Même si Jobs voulait également protéger son app store, Adobe a mis près d'un an de plus pour proposer une version relativement stable et performante sur Android. La navigation d'un site 100% en Flash reste cependant compliquée et oblige à des tours de passe-passe pour simuler les mouvements d'un curseur de souris au doigt.
Alors que 250 millions d'appareils sous iOS (iPhone, iPad, iPod touch) ont été vendus depuis ses débuts, et près de 200 millions sous Android, smartphones et tablettes sont amenés à devenir le premier moyen d'accès à Internet. Adobe était donc obligé de s'adapter, alors que même Microsoft a indiqué que la version mobile du navigateur sous Windows 8 ne supporterait pas Flash.
Officiellement, Adobe va continuer l'aventure Flash sur PC, notamment «pour le jeu, avec le support de l'accélération 3D pour des graphiques de la qualité des consoles de jeu ainsi que la vidéo HD premium». Malgré tout, si Adobe se concentre sur le HTML5 en mobilité, il serait surprenant de ne pas voir une convergence également sur PC sur le long terme.