Somduth Dulthumun, représentant de plusieurs organisations socioculturelles et board member de l’IBA, a critiqué la presse, jeudi, pour ce qu’il a qualifié de « harcèlement contre des membres de la communauté hindoue ». Il a cité le projet de CT Power, l’achat d’un bâtiment de SICOM à Ebène, et un juge.
Le porte-parole du Hindu Common Front a estimé que les médias revendiquent tous les droits. « La liberté d’expression n’existe que pour eux, pas pour les autres », a-t-il ajouté. Il a dit avoir constaté comment un homme d’affaires a été dénigré et attaqué avec acharnement du seul fait de sa réussite et son appartenance ethnique.
M. Dulthumun a appelé le gouvernement à empêcher que le pays ne soit pris en otage par certaines personnes. « Ce gouvernement a été élu par le peuple et il doit diriger dans l’intérêt de la population », a-t-il déclaré. Les dirigeants du Hindu Common Front « ne permettront pas aux journalistes de s’en prendre aux membres de sa communauté », a-t-il poursuivi, avant de parler de boycott de trois titres de presse.