Dans ce débat autour du Finance Bill 2017 et de la longue liste d’amendements proposés à la Gambling Regulatory Authority Act 2007, Week-End est allé chercher l’avis d’un expert. Un expert qui connait non seulement le dossier des courses à Maurice, mais aussi les amendements qui ont été proposés pour rendre les courses mauriciennes plus viables. Il s’agit de Georges Ben Gunn, qui fut un des deux assesseurs de Richard Parry, président de la Commission d’enquête sur les courses en 2015.
Pour l’Anglais, qui a pris connaissance de la série d’amendements proposés par le Premier ministre et ministre des Finances, Pravind Jugnauth, il ne fait pas l’ombre d’un doute que le gouvernement Lepep se trompe de cible. « Aucun de ces amendements ne va dans le sens des changements fondamentaux proposés par la Commission d’enquête de 2015 et ses rapports annexes visaient principalement à mettre sur pied une autorité indépendante pour réglementer et gouverner les courses à Maurice », affirme-t-il.
Ci-dessous, la déclaration in extenso faite, selon Ben Gunn, après une consultation avec Richard Parry et Peter Scotney :
« The Chairman and Commissioners of the Commission of Inquiry on Horseracing in Mauritius which reported in 2015 have noted the proposed changes to the GRA Act 2007. In particular, it is noted that there are no fundamental changes to Part II – Establishment of the Authority, the Objects of the Authority, the Board, the Functions of the Board (save for a minor amendment to Section 6(aa) ) and the Powers of the Board (save for a minor amendment to Section 7(ga) ) or Part VII the Horse-race Organizer (save minor amendments to S 31(aa), S 31 (e), S 31(2), S 32 Rules  of Racing and S 33) or to the provisions covering Betting and S 146 (Cheating).
None of the proposed amendments to the Act reflect the fundamental changes recommended by the Commission of Inquiry in 2015 or the subsequent  Consultants’ Report in 2016 which were principally designed to create an independent authority to regulate and govern Horse-racing in Mauritius as well as propose changes to the betting laws of the country to address the corruption in such matters ».
Par ailleurs, au niveau du Mauritius Turf Club, celui qui a tout à perdre dans cette affaire a tenu plusieurs réunions depuis ces dernières 72 heures. Dont une vendredi avec la GRA où Benoit Halbwachs le secrétaire du club et Frantz Merven, Administrateur ont parlé «d’hulimiation».
Mais il reste quand même étrange, très étrange même que le MTC n’a pas encore décidé de communiquer officiellement sur le Finance Bill 2017.