Les turfistes ont eu l’occasion de voir en action deux très bons chevaux, Table Bay, vainqueur du Barbé, et St Tropez, qui a lui remporté la cinquième épreuve. Avec ces deux compétiteurs, on peut dire que la saison de Ramapatee Gujadhur débute enfin et que le sacre peut être envisagé. Il faut féliciter la famille pour savoir dénicher de bons chevaux. Les Table Bay, St Tropez, The Thinker, Seventh Plain et autre The Great One n’ont pas coûté deux sous, sans oublier les jeunes prometteurs qui sont classés un peu plus bas à l’échelle des valeurs. Quand on a les moyens, rien n’est impossible et les adversaires devront bien se tenir.

Avant de parler de la victoire de Table Bay, il faut revenir sur les deux précédentes courses de ce cheval. On maintient qu’il avait été bousculé dans sa préparation en vue de la Duchesse et que certains n’avaient pas hésité à dire qu’on ne connaissait rien au niveau de l’entraînement. On maintient aussi qu’il avait été massacré lors de sa deuxième tentative. Le résultat du jour nous donne raison. Il faut néanmoins saluer Ramapatee Gujadhur pour avoir admis commis une erreur au niveau de l’entraînement pour la Duchesse, alors qu’il a avancé que les circonstances avaient été en défaveur du cheval quand il avait été piloté par Ioannis Poullis. La décision de le mettre au repos a été judicieuse et tout a été repris à zéro pour la préparation en vue du Barbé dont c’est la quatrième victoire d’affilée la casaque bleu électrique et écharpe rouge.

Daniel Stackhouse a piloté Table Bay avec grande confiance. L’Australien a sûrement été content de voir que Ten Gun Salute était derrière lui, la faute à un mauvais départ, au grand désarroi de Robbie Fradd et de l’établissement Gilbert Rousset. Baritone avait, lui, trouvé une position idéale et attendait son heure pour gicler. Karraar a été pris de vitesse par Speed Limit et Tandragee s’est aussi mis de la partie, le pauvre. Pour le dernier vainqueur du Barbé et qui a été brillant durant sa carrière à Maurice, être convié à ce genre de tâche ne fait pas honneur. Et dire que c’est lui qui a entaché la progression de Baritone en fin de parcours. On ne dira pas qu’il l’a fait exprès et que cela fait partie des aléas de la compétition. Mais sacrifier un tel champion est un pas qu’on n’aurait pas franchi quand on aime vraiment les chevaux. Cela a aussi fait pitié de voir Kremlin Captain terminer à la peine. Lui aussi mérite une bonne retraite. Le vainqueur du Maiden 2017 n’a pas été en reste. Il s’est retrouvé bon dernier. Il doit nécessairement avoir souffert d’une gêne.

Revenons-en à Table Bay, qui est le meilleur cheval acquis pour la saison 2018. Il semblerait que l’apport d’un assistant au centre Guy Desmarais ait été d’une grande aide pour remettre ce cheval sur les bons rails et on doit maintenant s’attendre à le voir briller davantage. Ten Gun Salute n’a pas à rougir de sa défaite, surtout si on tient compte de son mauvais départ. Mais à bien voir, il n’aurait pas battu Table Bay, même s’il avait bien démarré et précédé ce dernier dans le parcours. Il a suivi Table Bay pendant toute la course, mais n’a pas été capable de faire impression sur lui en fin de parcours.

Hard Day’s Night dans tout cela ? Il était idéalement placé. On peut même avancer qu’il avait la meilleure position parmi tous les engagés. Il a fait ce qu’il a pu et son entraîneur doit être satisfait de sa performance. Il n’est cependant pas de la trempe d’un Table Bay. Karraar cinquième, c’est une bonne performance, tout comme celle de Ready To Attack, qui avait, lui, trop de retard à combler en fin de parcours. Si on considère que le vainqueur a été crédité de 35”55 pour les 600 derniers mètres, il aurait fallu que Ready To Attack soit plus rapide que l’éclair pour retourner la situation en sa faveur.