HISTOIRES DE CHAMPIONS : Devenir Super(wo)man…

Ils sont chacun maître dans une discipline où ils ont démontré des aptitudes hors de l’ordinaire : Stephan Buckland sur 200m, Yan de Maroussem en trail, et Shalinee Valaydon en haltérophilie. Lorsqu’on s’attarde sur le palmarès de ces derniers, on peut se demander : sont-ils Super(wo)man ? Tous les trois nous répondent d’un non formel.
Actuellement en stage à l’Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance (INSEP) en France, Shalinee Valaydon est numéro 1 de Maurice dans sa catégorie. Elle souligne que “l’haltérophilie n’est pas un sport facile en général. Vous vous imaginez que pour une femme, c’est encore plus dur”.
Comme la meilleure leveuse de fonte, Stephan Buckland, qu’on ne présente plus, estime “qu’il faut être doué, se donner les capacités physiques et mentales, s’accrocher et être passionné”.

Mental d’acier.
Pour sa part, Yan de Maroussem nous explique les bienfaits du trail. “Lorsqu’on évolue dans cette nature qui nous fait du bien, en passant du temps avec elle, le corps, l’âme et l’esprit s’harmonisent et la paix et la joie sont tellement présentes qu’il est bon d’y revenir et de la fréquenter régulièrement. Avec le temps, on devient plus fort dans son corps. On se sent tellement bien qu’on développe une saine dépendance”. La force physique et le mental d’acier ne sont pas des atouts indispensables à la pratique du trail. “Je n’ai jamais aussi bien couru en course que lorsque j’ai d’abord pris du plaisir dans ce que je faisais, courant à la sensation !”
Représentant fièrement la femme mauricienne, Shalinee confie que “chaque femme peut réussir. Il suffit d’avoir la détermination et de persévérer. Pour moi, le vrai super-pouvoir, c’est d’avoir confiance en soi et en ses capacités”.

Se surpasser.
Stephan Buckland, aujourd’hui Personal trainer, nous révèle le secret derrière sa réussite. “Hormis l’aspect physique et mental, si je n’avais eu pas le soutien inconditionnel de mes parents et de mes amis, je n’aurais jamais pu atteindre le haut niveau”. Détentrice du record de 90 kg à l’arraché et de 110 kg à l’épaulé-jeté, Shalinee Valaydon est sûre d’une chose. “Tout sport doit être pratiqué par passion. L’haltérophilie m’a beaucoup apporté. Rien n’est facile dans la vie. Les entraînements sont durs, mais j’ai appris à me surpasser. Aujourd’hui, je suis plus forte physiquement et mentalement. Cela m’a aidé à avoir confiance en moi et en ce que je peux faire.”
Notre randonneur hors pair avoue que le sport en salle n’est pas sa tasse de thé. Il préfère la liberté que lui procure le trail et qui correspond à sa quête intérieure. “J’aime autant être en montagne quand il pleut, vente ou lorsqu’il fait chaud, sous un soleil de feu ! De courir la nuit en forêt est une expérience qui me va aussi, à la lueur de ma frontale ! Ce qui me passionne avec le trail, c’est cette facilité avec laquelle on peut pratiquer ce sport, sans se prendre la tête.

Volonté et force.
Actuellement en terre inconnue, Shalinee apprend chaque jour comment vaincre sa solitude, loin de sa famille et de ses amis. La jeune femme travaille dur. “Il y a toujours des hauts et des bas. Malgré les difficultés, les blessures et les échecs, je n’ai jamais baissé les bras. Je fais d’énormes sacrifices, comme tous les sportifs de haut niveau. Il faut avoir la volonté, la force, une bonne hygiène de vie et faire preuve de discipline.”
Un sentiment que Stephan Buckland a bien connu. “Les gens ne savent pas ce que l’on peut ressentir et vivre lorsqu’on est loin de sa famille. On nous voit sur la piste, concentré et prêt à se lancer. Personne ne sait ce que cela nous demande comme sacrifice et de force mentale. On peut être passionné, doué pour le sport, mais il nous faut aussi apprendre à gérer les moments durs.”

Motivation.
Autre son de cloche pour Yan de Maroussem. “Mon expérience est semblable à celle de tant d’autres autour de moi, si j’en crois les résultats en course, qui ont beaucoup progressé ces dernières années à Maurice. Mais pas d’effort ni de sacrifice pour moi tant que le trail fera partie de ma vie !”
Le trail, il l’a découvert lors d’un séjour spirituel à l’Abbaye d’Hautecombe en Savoie. La nature a pris tout son sens et est “tout à fait conforme avec ma vie de prière, à la vraie école de la vie. Grâce à l’expérience, boosté par la motivation, on arrive à progresser”.

Qui sont-ils ? Que font-ils ?
Shalinee Valaydon : “J’aime prendre soin de moi. J’essaie de sortir et de profiter de la vie avec mes amis quand je peux. Je suis de caractère plutôt calme mais je ne me laisse jamais marcher sur les pieds. Mes objectifs pour cette année, ce sont les championnats d’Afrique et du Commonwealth. Mon plus grand rêve est de participer aux prochains Jeux Olympiques à Rio en 2016.” Avec plein d’objectifs en tête, la jeune femme s’applique et bosse dur. Elle ne rate aucun entraînement : “Je suis attentive à tous les conseils de mes entraîneurs et je sais que ça va m’aider à gravir encore plus de marches.”
Depuis son retour à Maurice en 2003, Yan de Maroussem a mis en place son activité, axée sur la randonnée et les excursions dans différentes parties de l’île. “Je sers de guide à ceux qui veulent découvrir l’île. Avec quelques copains, j’organise aussi des courses de montagne.” Aujourd’hui, l’Association Rando Trail & Nature et la Ligue de Trail attirent de plus en plus de personnes grâce à des formats long et court. Cet amoureux de la nature et des montagnes espère partager sa passion et conscientiser la population sur la beauté de notre île et ses bienfaits.
Même si Stephan Buckland a mis un terme à sa carrière d’athlète, il n’est jamais très loin de la piste. Aujourd’hui, entraîneur privé pour la fédération internationale, il agit en tant que coach pour cinq athlètes étrangers. Toujours adulé par les Mauriciens, il n’hésite pas à conseiller et guider les jeunes qui souhaitent se lancer dans le sport. Après une carrière riche en expériences, Stephan Buckland se réinvente et en profite “pour être plus présent pour mes filles, ma femme et ma famille, sans qui je n’aurais jamais eu le courage de réaliser mes rêves”.