HOMMAGE: Jean Vacher, défenseur des gens de mer

Jean Vacher était connu pour son engagement auprès de la communauté des gens de mer

Le 11 mars 2011, la veille de la Fête Nationale, Jean Vacher nous quittait à la suite d'une longue maladie. Il est enterré, lui l'ancien marin et employé portuaire, au cimetière de Roche Bois, en face du port franc et de Mer Rouge qu'il a aidé à construire, et du Port Louis International Seafarers Centre qu'il a fondé. Connu pour son engagement de plus de trente ans au service de la communauté des gens de mer à l'île Maurice, dans la région et dans le monde, Jean Vacher demeure une figure incontournable du secteur maritime et syndical.
L'attrait de Jean Vacher pour la mer débute alors qu'il côtoie des marins dans le syndicat Government and Other Workers' Union (GOWU) à la fin des années 1960, aux côtés de son père Roger et son oncle Paul, tous deux syndicalistes. Il intègre le Sea Training School avant de s'embarquer sur le Mauritius. Il navigue aux quatre coins du monde sur plusieurs types de navires avant de jeter son ancre dans le port, à la Mauritius Marine Authority (MMA), afin d'être à côté de son épouse Josiane et de ses deux premiers enfants, Karol et Clyde, alors en bas âge.
Il n'est pas facile de trouver un emploi dans le port à la fin des années 1970, surtout quand on a la réputation d'être syndicaliste et empêcheur de tourner en rond. Il avait fondé avec des amis marins le Mauritius Association of Professional Seamen (MAPS) et milite au sein du Mouvement Militant Mauricien (MMM) dans ces années de braise. Ayant finalement pu intégrer la MMA, Jean Vacher y travaillera sur les quais et à bord de barges et dragues, pendant près de 20 ans. Il lancera le Provident Association de la MMA et le Mauritius Transport & Port Employees Union (MTPEU).
Jean Vacher s'engage résolument dans le combat pour les marins, employés portuaires et leur famille, devenant un syndicaliste avisé qui se documente, intègre des réseaux internationaux de défense des gens de mer et interpelle les autorités portuaires et gouvernementales au sujet des défis posés par la modernisation du port et l'humanisation de ce secteur. En avance sur son temps pour certains, Jean Vacher se forge un caractère de battant et il est approché pour être un candidat aux élections municipales et générales, ce qu'il refuse, car il veut demeurer avant tout un homme libre. Nous sommes alors au milieu des années 1980 et il va faire une rencontre qui va l'emmener à prendre un tournant dans sa vie.
Jean Vacher est approché par le Frère Raymond Gauvrit, Frère de Saint Gabriel qui a été associé au milieu maritime dans sa Vendée natale en France et qui anime un petit réseau de familles de marins à l'île Maurice. Quand le frère Raymond propose à Jean Vacher, en compagnie des familles Bouquet, Jouanna et Rasoondron, d'aider des marins étrangers en détresse à Port-Louis, l'Apostolat de la Mer prend naissance. Le Père Jacques Harel, alors Vicaire à la Cathédrale Saint Louis, soutient la petite équipe qui va jeter les bases d'un apostolat vigoureux dans le milieu maritime et portuaire.
Jean Vacher, en compagnie du Frère Raymond, va vite organiser l'Apostolat de la Mer qui se dote d'une équipe de bénévoles et d'un centre à la rue St Georges, à côté de l'église Immaculée Conception. Avec l'aide de l'Église, de laïcs et de ses amis syndicalistes, Jean Vacher va innover dans cet apostolat. Tout en en apportant gîte et nourriture à ces marins souvent désabusés, il luttera surtout pour leurs droits. L'habile négociateur qu'il est, riche de la connaissance du droit maritime international, s'arrange toujours pour que les marins reçoivent leur dû et soient rapatriés au frais des agences maritimes et compagnies concernées.
Très vite, Jean Vacher se rend compte qu'il s'agit là d'un travail à plein temps. Il prend congé de la MMA et devient Directeur National de l'Apostolat de la Mer avant d'assurer la Coordination Régionale de cette organisation. Il est souvent invité à témoigner de ces réalités maritimes par ses partenaires étrangers – dont le Comité Catholique Contre La Faim et Pour le Développement (CCFD), l'International Transport Federation (ITF) et l'International Christian Maritime Association (ICMA). Il sera un des nominés du Prix International des Droits de l'Homme aux côtés de Rigoberta Menchu. Le Père Jacques Harel sera lui Secrétaire Général de l'ICMA, basé en Angleterre, et Responsable mondial de l'Apostolat de la Mer, au Vatican. Jean Vacher aura contribué à faire rayonner l'île Maurice au niveau international.
Son engagement au service des gens de mer l'emmène, au début des années 1990, à militer pour l'arrêt de la pêche avec des filets dérivant dans nos eaux territoriales. Avec l'appui de l'organisation internationale Save The Dolphins, il lance une campagne internationale qui porte ses fruits. Il se tourne alors vers le milieu des pêcheurs et pousse la création d'équipes de l'Apostolat de la Mer dans les villages de pêcheurs sur la côte de l'île Maurice et de Rodrigues. Ses prises de position pour le respect des droits des pêcheurs, qu'il compare aux « oubliés du développement de l'île Maurice », sont toujours d'actualité au vu de la situation de cette communauté.
Sa famille, ses proches et ses amis vont honorer sa mémoire le lundi 12 mars 2012 au centre de l'Apostolat de la Mer au Port Louis international Seafarers Centre à Roche-Bois à travers une célébration qui aura lieu à 10 h 00 et qui sera suivie du dévoilement d'une plaque commémorative.