Homo teporis torporibus

Pour information, je pense que Homo sapiens sapiens est désormais une espèce éteinte, ou tout au moins en voie d'extinction ultrarapide. Pas par le nombre, certes, car sapiens sapiens s'était quasiment répandu sur la totalité de la surface terrestre... Plutôt une évolution par mutation génétique accélérée. Vers 1950 à peu près, une nouvelle espèce est née par évolution, sans que nous le remarquions, et presque incidemment... La nouvelle espèce s'appelle Homo teporis torporibus. L'évolution qui a eu lieu s'est produite très brutalement, du fait d'un élément introduit qui a considérablement accéléré le processus transformiste de la sélection naturelle en débouchant sur un autre Hominidé en l'espace de deux générations tout au plus. Tout ce qui faisait Homo sapiens sapiens s'est totalement écroulé et cela brutalement, en l'espace de quelques années. En effet, la découverte de l'outil et le perfectionnement du couplage de l'intelligence dans le maniement de la main avec une dextérité de plus en plus aiguë et une précision de plus en plus fine, qui semblait définir sapiens sapiens jusque-là, a disparu avec l'arrivée de l'ordinateur dans tous les foyers.
L'être humain n'écrit plus, il tape sur des claviers des lettres toutes faites et ce qui rendait inséparable l'aspect de sa propre écriture dans sa relation avec sa pensée personnelle, n'existe plus. Il apprend désormais "sur l'ordinateur". Homo teporis torporibus ne possède plus qu'un seul outil universel, son clavier et sa souris... Il n'a plus qu'à taper ou appuyer sur des touches, déplacer le curseur, la machine faisant le reste, tout le reste.
De plus, Homo sapiens sapiens, qui était parvenu à compter si magnifiquement, ne fit plus aucune opération arithmétique, ni de tête, ni même en les posant... se fiant à des calculettes, intégrées ou non, désormais inséparables de son quotidien. Même la correction de son écriture devint purement phonétique et simplifiée, dans un langage sms sans aucun détail et ne devenant qu'une sorte de code informatif sans aucun affect.
Puis Homo sapiens se mit à simplifier ses relations au point de n'avoir que des amis virtuels qu'il ne joignit bientôt plus que tout aussi virtuellement sur des réseaux fictifs, se contentant le plus souvent de s'exprimer par de simples réactions coulées dans le moule d'un like ou d'un mdr ou de quelques interjections sans doute trop basiques et ne variant plus jamais d'un individu à l'autre, il se mit de plus en plus à joindre ses semblables en différé, supprimant jusqu'à la présence de l'autre.
Enfin, ayant éliminé son sens de l'écriture, éradiqué ses capacités arithmétiques, il finit même par ne plus savoir se diriger, ne sachant plus lire une carte ou même interpréter un paysage pour se situer, préférant élaborer tous ses trajets à l'aide d'un GPS lui traçant son chemin systématiquement à l'avance et évitant toute surprise... Dorénavant, son destin devint tout tracé.
C'est donc insidieusement, une nouvelle espèce totalement amorphe qui découla de cette évolution, une espèce qui se déshabitua de penser, compter, écrire, marcher ou entrer en relation, une espèce ayant perdu toute humanité, abdiquant son intelligence supposée, mais pire, la nouvelle espèce renonça même à toute animalité au même titre, aboutissant au final à une espèce totalement nouvelle, un Homme sans effort, une espèce paresseuse, Homo teporis torporibus.
Je ne doute pas un seul instant qu'un humain de 1950 serait mille fois plus proche d'un ancêtre l'ayant précédé de 20 000 ans que d'un Homo teporis torporibus de 2100. Ce dernier passe sa journée devant un écran, il est presbyte à trente ans, a les dents cariées à trente ans aussi, boit du café et des sodas, parle peu, ou par interjections sommaires pour ne pas dire rudimentaires, mange des pizzas par commodité parce que ça va plus vite et qu'on peut les cuire au micro-ondes en une minute. Il ne voit pas son semblable, mais a cependant 5000 amis sur Facebook et passe ses journées à envoyer des likes à qui mieux mieux. Il se promène virtuellement sur Wikipédia, découvre la sexualité sur internet ... tout seul et sans trop de complications, il ne se pose plus de problème car il s'est remplacé lui-même dans la plupart des tâches qu'il s'assignait autrefois. Il ne travaille plus, il glande, il ne cherche plus, il grignote... il ne réfléchit plus, il copy-paste, il ne retient plus rien, il enregistre tout sur son pen-drive, son disque dur ou son cd, aucun besoin de retenir quoi que ce soit, à part l'endroit où il les a rangés, qu'il oublie même parfois, ce qui le rend enragé...
C'est à une véritable régression mentale que nous avons assisté en un temps record. Mais, comme dans les mauvaises séries américaines, certains résistent encore et se cachent..., quelques sapiens sapiens, clandestinement, parviennent encore à penser et réfléchir... Il paraît même qu'ils se réunissent et mangent ensemble de vrais repas et discutent des heures la possibilité de conserver l'espèce, mais le temps leur est compté, la machine les guette et les épie, ils doivent se dissimuler pour pouvoir penser en paix, car penser est devenu un péché! Réfléchir est désormais devenu le luxe suprême. Homo sapiens sapiens est mort, Vive Homo teporis torporibus!!!